Accord pour évacuer Alep-Est conclu

Civils et rebelles devraient commencer à être évacués d'Alep aux termes d'un accord annoncé ...
Accord pour évacuer Alep-Est conclu

Accord pour évacuer Alep-Est conclu

Photo: Keystone

Civils et rebelles devraient commencer à être évacués d'Alep aux termes d'un accord annoncé mardi par les insurgés. Celui-ci est intervenu après un tollé contre des atrocités commises dans la 2e ville de Syrie en passe de tomber aux mains du régime.

L'ambassadeur de Russie à l'ONU a confirmé en soirée la conclusion d'un accord sur l'évacuation des insurgés présents dans les zones d'Alep-Est qui échappent encore à l'armée syrienne. Selon Vitali Tchourkine, l'évacuation pourrait avoir lieu 'dans les heures qui viennent'. Il a ajouté plus tard que les combats avaient cessé.

Son homologue américaine Samantha Power a réclamé que des 'observateurs internationaux impartiaux' supervisent l'évacuation des civils, qui 'ont peur d'être abattus dans la rue ou emmenés vers un des goulags d'Assad'.

Selon la Turquie, les civils et les insurgés qui veulent quitter Alep seront évacués par autocar vers Idlib, une ville du nord-ouest de la Syrie tenue par la rébellion.

Croix-Rouge

D'après le président du conseil local d'Alep-Est, l'évacuation commencera mercredi à 05h00 locales et la Croix-Rouge supervisera l'opération.

Cet accord, reconnu par la Russie et par les autorités syriennes, marque la plus importante victoire du pouvoir en place dans son combat pour mater une rébellion entamée il y a près de six ans.

Exécutions sommaires

'Alep est dans une situation d'urgence absolue: environ 100'000 personnes sont encore piégées sur un territoire de 5 km carrés', a auparavant déclaré la présidente de Médecins du Monde, Françoise Sivignon.

La situation humanitaire, aggravée par les intempéries, préoccupe l'ONU, qui parle 'd'effondrement total de l'humanité'. Son Conseil de sécurité à New York a entamé une réunion d'urgence en soirée, à la demande de la France et de la Grande-Bretagne. Le veto russe, exercé à six reprises depuis le début du conflit syrien, a jusqu'ici complètement paralysé l'action de cet organe.

Un peu plus tôt mardi, le Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a fait état de 82 exécutions sommaires imputées à l'armée et aux milices qui lui prêtent main-forte dans les quartiers repris aux insurgés. 'Les informations dont nous disposons parlent de gens tués en pleine rue dans leur fuite ou chez eux. Il pourrait y en avoir beaucoup plus', a souligné son porte-parole, Rupert Colville.

D'après le 'centre de réconciliation' mis en place par le ministère russe de la Défense sur la base aérienne de Hmeimin, d'où décollent les avions russes, plus de 8000 civils, dont une moitié d'enfants, ont fui Alep-Est au cours des dernières 24 heures.

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon s'est dit 'alarmé par les informations faisant état d'atrocités contre un grand nombre de civils, des femmes et des enfants notamment, ces dernières heures à Alep', tout en signalant que l'ONU ne pouvait les vérifier.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus