Macron à Lyon: quelques milliers de personnes manifestent

Quelques milliers de personnes manifestaient lundi après-midi à Lyon dans une ambiance tendue ...
Macron à Lyon: quelques milliers de personnes manifestent

Macron à Lyon: quelques milliers de personnes manifestent

Photo: KEYSTONE/EPA/LAURENT CIPRIANI / POOL

Après une commémoration du 8 Mai 1945 sur des Champs-Elysées quasiment vides, Emmanuel Macron a rendu hommage lundi à la Résistance et à son chef, Jean Moulin, à Lyon. Quelques milliers d'opposants ont défilé, tenus à bonne distance par les forces de l'ordre.

Le chef de l'Etat a déposé une gerbe au Mémorial de la prison de Montluc dans laquelle près de 10'000 personnes ont été incarcérées sous l'Occupation. Plus d'un millier d'entre elles ont été fusillées, 6000 déportées.

'La République française n'est par définition ni bonne, ni mauvaise. Elle est nécessaire, vitale, juste', a-t-il déclaré, saluant la mémoire de Jean Moulin, 'l'enfant de la République', 'le soldat de la France'.

Il a mis en avant la mission de l'ancien préfet - 'unir les droites et les gauches' - notant la présence des principales forces politiques du pays, de la CGT ou encore de la CFTC, le 27 mai 1943, lors de la réunion fondatrice du Conseil national de la Résistance. Un appel à la concorde alors que l'hostilité contre lui est vive depuis l'adoption au forceps de la réforme des retraites?

Rassemblements interdits

Pour éviter les risques de 'casserolades', récurrents depuis la promulgation du texte, les rassemblements avaient été interdits autour de la prison et un vaste périmètre de sécurité instauré.

3000 manifestants selon la préfecture, 5000 d'après la CGT, ont défilé à l'extérieur, certains tapant sur des casseroles. 'On ne dit pas que la situation actuelle est comparable à 1945, on dit simplement que le gouvernement ne peut pas piétiner l'héritage social de la Résistance', a relevé Samuel Delor de la CGT du Rhône.

Vitres cassées, gaz lacrymogène

Les vitres de la porte de la mairie du 3e arrondissement de Lyon ont été cassées, des vitres de voitures brisées et des CRS ont fait à plusieurs reprises usage de gaz lacrymogène, ont constaté des journalistes de l'AFP.

'Les enfants d'Izieu et les millions de morts de la Seconde guerre mondiale méritent le silence et le respect. Pas l'indignité. Il y a un temps pour tout', a tweeté le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti, présent à la cérémonie, le président (LR) du Sénat, Gérard Larcher, jugeant de tels rassemblements 'inacceptables' en ce jour de mémoire.

A plusieurs centaines de mètres des manifestants, Emmanuel Macron a effectué sans encombre sa visite. Accompagné de Claude Bloch, 94 ans, dernier rescapé d'Auschwitz vivant à Lyon et des chasseurs de criminels nazis Serge et Beate Klarsfeld, il a visité la cellule de Jean Moulin, arrêté à Caluire, près de Lyon, par le chef local de la Gestapo, Klaus Barbie.

Affreusement torturé, il a gardé le silence et est mort, des suites des blessures infligées, le 8 juillet 1943 dans le train qui le conduisait en Allemagne.

Recontruire 'la baraque aux Juifs'

Emmanuel Macron s'est aussi rendu dans la cellule de l'historien résistant Marc Bloch, fusillé en 1944, dans celle de Klaus Barbie qui passa une semaine à Montluc en 1983, et dans un espace consacré aux 44 enfants d'Izieu, raflés sur ordre du 'boucher de Lyon'. Après avoir transité une nuit dans la prison, ils ont été acheminés à Drancy, d'où ils ont tous été déportés et assassinés.

Des survivants ont plaidé pour que 'la baraque aux Juifs', située dans la cour de la prison et qui a aujourd'hui disparu, soit 'reconstruite à l'identique'.

'Cela peut se reproduire'

Dans la matinée, les commémorations sur les Champs-Elysées ont aussi été très encadrées par les forces de l'ordre. Le chef de l'Etat, escorté par la Garde républicaine, a remonté, en voiture, une avenue quasiment vide, avant de se recueillir sur la tombe du Soldat inconnu, de raviver la flamme et de serrer quelques mains dans la tribune officielle.

A Lyon, la cérémonie, à l'approche du 80e anniversaire de l'arrestation et de la mort de Jean Moulin, ouvre un nouveau cycle mémoriel qui se poursuivra le 6 juin 2024 avec la commémoration du Débarquement en Normandie et s'achèvera le 8 mai 2025 pour les 80 ans de la Victoire.

Claude Bloch, l'un des derniers survivants de Montluc, a tenu à faire passer un message à la jeune génération. 'Je leur dis: cela s'est produit, cela peut se reproduire, cela se produit même dans certains pays du monde'.

/ATS
 

Actualités suivantes