Migrants blessés à Lesbos après des heurts avec l'extrême-droite

Plus d'une dizaine de migrants et réfugiés, surtout des Afghans, ont été blessés dans la nuit ...
Migrants blessés à Lesbos après des heurts avec l'extrême-droite

Migrants blessés à Lesbos après des heurts avec l'extrême-droite

Photo: KEYSTONE/AP/THANASSIS STAVRAKIS

Plus d'une dizaine de migrants et réfugiés, surtout des Afghans, ont été blessés dans la nuit de dimanche à lundi après des heurts avec un groupe d'extrême droite sur l'île de Lesbos en Grèce, a confirmé une source sécuritaire. La police n'a pu contrôler la situation.

Les affrontements ont commencé dimanche soir après que le groupe d'extrême droite 'Mouvement patriotique' a appelé à un rassemblement devant la place centrale de Mytilène, chef-lieu de l'île, où campaient depuis mardi dernier près de 200 Afghans avec leurs familles pour protester contre les conditions de séjour.

Malgré les efforts de la police pour contrôler la situation, des bouteilles d'eau et des fusées de détresse éclairantes ont été lancées par le groupe d'extrême droite. Plus d'une dizaine d'Afghans ont été légèrement blessés. Ils ont dû être transférés à l'hôpital, selon les premières informations de la police grecque.

Les heurts ont duré toute la nuit et dégénéré en échauffourées entre les membres du 'Mouvement patriotique' et des anarchistes qui sont arrivés en renfort pour secourir les migrants. La police a jeté de son côté des gaz lacrymogènes à la fois pour disperser la foule et pour évacuer la place. Au final, les migrants ont été contraints de rentrer dans les centres d'accueil de l'île de Lesbos.

Devenu symbole de la crise migratoire de 2015, Lesbos abrite 6530 migrants et réfugiés dans des camps pour une capacité de 3000. Les conditions misérables et la longue durée d'examen des demandes d'asile ont été décriées par des ONG de défense des droits humains. Elles réclament le transfert des migrants en Grèce continentale.

/ATS
 

Actualités suivantes