Niveau le plus bas des attaques de l'EI depuis 2014 en Irak

Le nombre d'attaques perpétrées par le groupe Etat islamique (EI) a atteint en octobre son ...
Niveau le plus bas des attaques de l'EI depuis 2014 en Irak

Niveau le plus bas des attaques de l'EI depuis 2014 en Irak

Photo: KEYSTONE/AP/FELIPE DANA

Le nombre d'attaques perpétrées par le groupe Etat islamique (EI) a atteint en octobre son niveau le plus bas en Irak depuis la proclamation de son 'califat' en juin 2014, selon une étude. Par voie de conséquence, le nombre de victimes a aussi été le plus bas.

En octobre, il y a eu 126 attaques menées par l'EI. Un chiffre qui correspond à une baisse de 21,2% du nombre quotidien d'attaques, passant de 6,6 durant les 12 mois précédents à 4,1 en octobre, précise le rapport publié mercredi par le Jane's Terrorism and Insurgency Center (JTIC).

Le nombre total des victimes de ce groupe armé est tombé à 102 en octobre soit une baisse de 50,7% de la moyenne de morts par rapport à septembre. 'Octobre, tant pour les attaques menées par (l'EI) que pour le nombre de victimes, représente le mois le plus bas depuis la formation de l'EI et la déclaration du califat en juin 2014, mettant en lumière à quel point les opérations de ce groupe ont diminué en Irak', souligne Matt Henman, le chef du JTIC.

Les forces irakiennes ont commencé une offensive contre l'EI en octobre 2016 avec la bataille de Mossoul, deuxième ville du pays tombée en juin 2014 aux mains de l'EI. Depuis, elles ont chassé les djihadistes de la quasi-totalité du pays, alors qu'en 2014 l'EI occupait un tiers de l'Irak.

Nouvelle fosse commune

La reprise du territoire par les forces de sécurité irakiennes s'accompagne parfois de découvertes macabres. Mercredi, elles ont annoncé avoir trouvé une nouvelle fosse commune où étaient enfouis les corps de 73 yazidis - hommes, femmes et enfants - 'exécutés' par l'EI, dans la région de Sinjar (nord).

Depuis 2015, '37 charniers ont été découverts dans différents secteurs' et 'toutes les victimes sont des yazidis', a indiqué le responsable de la région de Sinjar, Mahma Khalil. Il a également critiqué 'l'échec des gouvernements fédéral et kurde à fournir une assistance aux familles des victimes'.

En 2014, des djihadistes avaient tué des milliers de yazidis dans leur fief du mont Sinjar et enlevé des milliers de femmes et d'adolescentes pour les réduire à l'état d'esclaves sexuelles. Environ 3000 d'entre elles seraient encore en captivité, selon un rapport récent de la mission d'assistance des Nations Unies pour l'Irak et le Haut-Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU.

Les forces kurdes appuyées par la coalition ont repris Sinjar en novembre 2015. Le mois dernier, les forces irakiennes ont à leur tour repris aux Kurdes le fief yazidi de Sinjar.

/ATS
 

Actualités suivantes