Nouveaux bombardements israéliens à Rafah, malgré les condamnations

Israël a multiplié mardi les frappes sur Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, malgré les ...
Nouveaux bombardements israéliens à Rafah, malgré les condamnations

Gaza: nouvelle frappe israélienne meurtrière sur des déplacés

Photo: KEYSTONE/AP/Jehad Alshrafi

La Défense civile de la bande de Gaza a annoncé mardi la mort de 21 personnes dans un nouveau bombardement israélien sur un camp de déplacés dans le sud de l'enclave. Cela 2 jours après un bombardement similaire à Rafah qui a provoqué une indignation internationale.

Après bientôt huit mois d'une guerre dévastatrice entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas, le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir à 19h15 GMT (21h15 heure suisse), à la demande de l'Algérie, sur le bombardement de dimanche.

Environ un million de personnes ont déjà fui Rafah depuis trois semaines et le début de l'opération terrestre de l'armée israélienne, selon l'Unrwa, l'agence onusienne pour les réfugiés palestiniens.

Muhammad Al-Mughair, un responsable de la Défense civile, a indiqué à l'AFP que 21 personnes avaient péri mardi dans une frappe israélienne 'visant des tentes de personnes déplacées à l'ouest de Rafah'. Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a également fait état de 64 blessés.

Israël nie avoir visé une zone refuge

L'armée israélienne a affirmé de son côté ne pas avoir frappé 'la zone humanitaire à Al-Mawasi', en référence à une zone qui avait été désignée comme refuge pour les personnes déplacées de Rafah.

Le ministère de la Santé de Gaza a qualifié la frappe de mardi de 'nouveau massacre', après le bombardement israélien dimanche soir dans un camp de déplacés du quartier de Tal Al-Sultan, à Rafah, qui avait fait 45 morts et 249 blessés, selon cette même source.

Chars déployés

Toujours à Rafah, un témoin a affirmé mardi à l'AFP avoir vu des chars israéliens déployés dans le centre-ville. D'autres résidents ont affirmé ne plus pouvoir bouger depuis l'arrivée des chars.

'Les gens restent pour l'instant dans leurs maisons car quiconque bouge est visé par des tirs de drones israéliens', a expliqué un habitant, Abdel Khatib.

USA: l'opération reste 'limitée'

Face à ces derniers développements, les Etats-Unis ont déclaré qu'ils considéraient toujours l'opération israélienne à Rafah comme 'limitée'.

A l'heure où les condamnations se multiplient en revanche dans le monde face aux bombardements israéliens, l'Espagne, la Norvège et l'Irlande ont reconnu officiellement mardi l'Etat de Palestine, provoquant la fureur d'Israël. Ce pays y voit une récompense pour le Hamas, qui a pris le pouvoir en 2007 dans la bande de Gaza.

Dernier épisode du très long conflit israélo-palestinien, la présente guerre a été déclenchée par une attaque menée le 7 octobre sur le sol israélien par des commandos du Hamas infiltrés depuis la bande de Gaza, entraînant la mort de plus de 1189 personnes, majoritairement des civils, selon un nouveau décompte réalisé mardi par l'AFP à partir des derniers chiffres officiels disponibles.

Vidéo d'un otage

Sur les 252 personnes emmenées comme otages, 121 sont toujours détenues à Gaza, dont 37 sont mortes selon l'armée israélienne.

En représailles, Israël a promis d'anéantir le Hamas et lancé une offensive qui a fait au moins 36'096 morts, en majorité des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas.

Le Jihad islamique, allié du Hamas, a diffusé mardi la vidéo d'un otage, identifié par les médias israéliens comme étant Sacha Trupanov, un Israélo-russe de 28 ans.

Cette vidéo 'est une preuve supplémentaire que le gouvernement israélien doit donner un mandat clair à l'équipe de négociation, qui pourra aboutir à un accord pour le retour de tous les otages', affirme le Forum des familles d'otages en Israël.

Pourparlers infructueux

Le Qatar, les Etats-Unis et l'Egypte sont engagés depuis des mois dans des pourparlers visant à obtenir une trêve durable à Gaza, assortie à une libération des otages. Sans avancées. Un média proche des services de renseignement égyptiens a indiqué mardi que l'Egypte 'intensifie les efforts' en vue d'une reprise de ces pourparlers.

Avant la frappe de mardi, des correspondants de l'AFP à Rafah et des témoins avaient fait état de bombardements aériens et de tirs d'artillerie nourris dans l'ouest de cette ville frontalière avec l'Egypte. Ils ont vu des centaines de Palestiniens fuir notamment Tal Al-Sultan.

'Aucun endroit sûr où aller'

Cette fuite se déroule 'sans aucun endroit sûr où aller, sous les bombardements, sans eau ni nourriture, parmi des montagnes d'ordures', a indiqué l'Unrwa sur X, soulignant que 'jour après jour, il devient presque impossible d'apporter assistance et protection' à la population.

'Nous n'avons pas dormi parce qu'il y avait des bombardements de partout', a témoigné à l'AFP Faten Jouda, une femme de 30 ans installée à Tal Al-Sultan, dans le nord-ouest de la ville. 'C'était effrayant'.

Fin des évacuations médicales

Les soldats israéliens mènent depuis début mai une opération terrestre à Rafah, affirmant vouloir y éliminer les derniers bataillons du Hamas, qui a entraîné la fermeture du passage frontalier avec l'Egypte, vital pour l'acheminement de l'aide humanitaire.

Depuis, 'toutes les évacuations médicales ont brusquement cessé', signifiant que davantage de personnes meurent dans l'attente de soins, a déclaré mardi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

La livraison d'aide via la jetée temporaire construite par les Etats-Unis a en outre été suspendue après que cette installation a été endommagée en raison des conditions météorologiques, selon le ministère américain de la Défense.

Près de 50 morts en 24 heures

Un correspondant de l'AFP a signalé aussi des bombardements et des tirs à Gaza-ville, dans le nord du territoire. Le ministère de la Santé du Hamas a dénombré au moins 46 morts en 24 heures à travers la bande de Gaza.

Après la frappe de dimanche, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a affirmé regretter 'un accident tragique'. L'ONU a exigé une enquête 'complète et transparente'.

La Défense civile palestinienne avait fait état de nombreux corps 'carbonisés' dans l'incendie qui a ravagé le camp de déplacés de Barkasat, géré par l'Unrwa.

L'armée israélienne a affirmé mardi que ses munitions utilisées dimanche dans le bombardement ne pouvaient pas avoir 'à elles seules' provoqué l'incendie.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus