OMS: les tests cliniques de l'hydroxychloroquine vont reprendre

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) annonce la reprise prochaine des essais cliniques ...
OMS: les tests cliniques de l'hydroxychloroquine vont reprendre

OMS: les tests cliniques sur l'hydroxychloroquine vont reprendre

Photo: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) annonce la reprise prochaine des essais cliniques sur l'hydroxychloroquine contre le coronavirus. Une évaluation a été menée et les responsables du test Solidarité ont validé cette relance.

Ceux-ci ont conclu 'qu'il n'y avait aucune raison de changer le protocole des essais', a affirmé mercredi à Genève à la presse le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus. Pour autant, aucune preuve d'une réduction du taux de mortalité n'a été obtenue auprès d'aucun médicament testé, a expliqué de son côté la cheffe scientifique de l'institution, Soumya Swaminathan.

En revanche, le suivi des données par les spécialistes des essais de Solidarité a montré qu'aucune indication d'un taux de mortalité supérieur n'était observé en raison de l'hydroxychloroquine, a-t-elle précisé. Contrairement à une étude controversée sur les données de 96'000 patients publiée dans la revue britannique The Lancet récemment.

Mme Swanimathan 'encourage' tous les essais cliniques sur l'hydroxychloroquine à reprendre. Mais elle n'exclut pas non plus que des changements doivent être apportés à l'avenir si de nouvelles données devaient être observées.

L'OMS avait annoncé la semaine dernière la suspension de l'administration d'hydroxychloroquine dans ses tests en raison d''inquiétudes sur la sécurité des essais' après l'étude dans le Lancet. Plus de 3500 patients dans 35 pays ont été associés au dispositif Solidarité.

The Lancet avait pris mardi ses distances avec sa propre étude. Elle a lancé une 'expression de préoccupation' et reconnaît dans un avertissement formel que 'd'importantes questions' planent. L'OMS n'a elle pas précisé si ce réaménagement avait contribué à la décision de reprendre ses tests cliniques.

Personnels de santé très infectés

Interrogée sur des révélations selon lesquelles des membres de son bureau en Chine auraient fait part de frustrations en raison du retard avec lequel Pékin aurait relayé le séquençage du virus et d'autres composantes, Mme Swanimathan n'a pas souhaité faire de commentaire.

M. Tedros a relevé plus largement que plus de 100'000 cas de coronavirus par jour avaient été observés ces cinq derniers jours dans les différents pays. La situation est 'très préoccupante' sur le continent américain qui rassemble depuis des semaines davantage d'infections que le reste du monde. Mardi, l'Europe a elle en revanche fait face au nombre de nouveaux cas le plus bas depuis plus de deux mois.

De son côté, le Conseil international des infirmières (CII), établi à Genève, a relevé mercredi qu'au moins 600 infirmières et infirmiers étaient décédées depuis le début de la crise, un chiffre qui a plus que doublé en un mois. Selon ses estimations, des centaines de milliers de travailleurs de santé ont été affectés par le coronavirus.

Une situation 'alarmante' selon une épidémiologiste de l'OMS. En extrapolant des données qui montrent qu'environ 7% du nombre total des infections sont liés aux infirmiers, le CII atteint le chiffre de 450'000 membres du personnel de santé infectés.

/ATS
 

Actualités suivantes