Obama et Abe symboliquement unis à Pearl Harbor

Le président américain Barack Obama et le premier ministre japonais, Shinzo Abe, ont effectué ...
Obama et Abe symboliquement unis à Pearl Harbor

Obama et Abe symboliquement unis à Pearl Harbor

Photo: Keystone

Le président américain Barack Obama et le premier ministre japonais, Shinzo Abe, ont effectué ensemble une visite chargée de symbole mardi à Pearl Harbor, 75 ans après l'attaque japonaise de la base américaine. Tous deux ont fait l'éloge de la réconciliation.

Sept mois après leur visite commune à Hiroshima, ville frappée par le feu nucléaire, le premier ministre japonais et le président américain ont rejoint le mémorial USS Arizona, construit au-dessus de l'épave rouillée du cuirassé qui fut détruit par l'aviation nippone le 7 décembre 1941. Les deux hommes ont déposé des couronnes de fleurs à la mémoire des quelque 2400 militaires américains tués lors de l'attaque, et dont tous les noms figurent sur un mur.

Puis ils ont observé une minute de silence. 'Le message que je veux envoyer au monde, ici, à Pearl Harbor, avec le président Barack Obama, est celui du pouvoir de la réconciliation', a déclaré M. Abe dans un discours chargé d'émotion.

Des condoléances

Le premier ministre japonais ne prévoyait pas de présenter d'excuses pour l'attaque de Pearl Harbor, car elles risqueraient d'irriter la base conservatrice du parti libéral démocrate (PLD, au pouvoir).

'Au président Obama, au peuple des Etats-Unis et à tous les peuples de par le monde, j'offre en tant que premier ministre du Japon, mes sincères et éternelles condoléances aux âmes de ceux qui ont perdu la vie ici', a-t-il toutefois concédé.

'En tant que nations et peuples, nous ne pouvons choisir l'histoire dont nous héritons, mais nous pouvons choisir les leçons que nous en tirons', a indiqué le président américain en écho, soulignant que l'alliance entre Tokyo et Washington n'avait jamais été aussi forte.

Evoquant le chemin parcouru en 75 ans entre les deux anciens pays ennemis, Barack Obama a mis en garde contre les périlleux engrenages guerriers. 'Nous devons résister à la tentation de diaboliser ceux qui sont différents', a lancé celui qui, dans moins d'un mois, cédera la place à la Maison-Blanche au tribun populiste Donald Trump.

Première nippone

Barack Obama, qui a effectué une visite tout aussi historique à Hiroshima en mai, n'avait, de la même façon, pas présenté d'excuses pour les bombes atomiques larguées en août 1945 sur cette ville et sur Nagasaki, qui firent des centaines de milliers de victimes civiles.

C'est la première fois qu'un premier ministre japonais se rend sur le mémorial USS Arizona, construit au début des années 1960. Lundi déjà, le chef du gouvernement japonais s'était recueilli devant plusieurs lieux de mémoire à Hawaï, au National Memorial Cemetery of the Pacific, notamment, un cimetière militaire américain d'Honolulu.

Le 7 décembre 1941, à l'aube, l'attaque sur Pearl Harbor, minutieusement préparée par le général Isoroku Yamamoto, fut une surprise totale. Les Américains n'avaient pas vu approcher les six porte-avions japonais qui se sont arrêtés à environ 400 km de l'île hawaïenne d'Oahu.

Quelque 400 avions décollent en deux vagues successives: 21 bâtiments de guerre, dont huit cuirassés sont coulés ou endommagés, de même que 328 avions de combat. L'USS Oklahoma, touché par plusieurs torpilles alors qu'il était amarré à quai, bascule sur le flanc, emprisonnant des centaines de marins dans ses entrailles.

Au lendemain de l'attaque, le congrès américain déclare officiellement la guerre au Japon. Trois jours plus tard, l'Allemagne déclare à son tour la guerre aux Etats-Unis. Un conflit sur deux fronts commence pour Washington.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus