Poursuite des violences sanglantes dans une prison équatorienne

De sanglants affrontements se sont poursuivis mardi dans une des plus grandes prisons d'Equateur ...
Poursuite des violences sanglantes dans une prison équatorienne

Poursuite des violences sanglantes dans une prison équatorienne

Photo: KEYSTONE/AP/Dolores Ochoa

De sanglants affrontements se sont poursuivis mardi dans une des plus grandes prisons d'Equateur, au lendemain de violences entre détenus qui ont fait au moins 16 morts et plusieurs dizaines de blessés. Parmi les victimes figure un baron de la drogue.

'Il y a de nouveaux affrontements' au sein du centre pénitentiaire de Latacunga, a indiqué mardi l'administration pénitentiaire (SNAI). Onze nouveaux détenus ont été blessés au cours de la matinée, a déclaré le gouverneur de la province de Cotopaxi, Oswaldo Coronel.

Selon l'administration pénitentiaire, des détonations ont été entendues dans l'aile de sécurité moyenne de la prison et le personnel administratif a été évacué. Avec quelque 4300 détenus, le centre pénitentiaire de Latacunga est l'un des plus vastes du pays.

Des affrontements à l'arme blanche et par arme à feu y ont éclaté lundi, avec une nouvelle fois des actes de barbarie et de mutilations sur les victimes. Selon un responsable de l'administration pénitentiaire, un chef de bande et chef des détenus, surnommé 'El Patron', figure parmi les tués.

Cadavres démembrés

'C'est très triste à dire, mais la majorité des cadavres ont été démembrés', a déclaré un responsable provincial. Selon les comptes rendus officiels, les détenus se sont surtout battus à l'arme blanche.

Quelque 600 militaires et policiers avaient été appelés en renfort lundi pour reprendre le contrôle de la prison. Des grilles métalliques ont été installées devant le centre pénitentiaire, au milieu d'un ballet incessant d'ambulances fonçant sirènes hurlantes.

Les violences auraient été déclenchées par le meurtre du trafiquant de drogue 'El Patron'. 'D'après ce que nous savons, à titre préliminaire, Leandro Norero fait partie des victimes', a déclaré le directeur adjoint de la prison.

Depuis février 2021, le système pénitentiaire équatorien a connu huit massacres entre détenus, ayant fait au total plus de 400 morts. Des gangs gèrent souvent le trafic de drogue depuis les centres de détention et se font la guerre à l'intérieur et à l'extérieur pour dominer le marché.

/ATS
 

Actualités suivantes