Premier meeting du candidat d'extrême droite Zemmour

Agitant des drapeaux français, criant 'Zemmour président!', des milliers de personnes se sont ...
Premier meeting du candidat d'extrême droite Zemmour

Première réunion de campagne de Zemmour marquée par les violences

Photo: KEYSTONE/AP/Rafael Yaghobzadeh

Le candidat d'extrême droite à la présidentielle française de 2022 Eric Zemmour a appelé dimanche à Paris ses partisans à 'changer le cours de l'histoire'. Sa première réunion de campagne a été marquée par les violences, lui-même disant avoir été blessé au poignet.

Quelque 15'000 personnes ont participé au rendez-vous du parc des Expositions à Villepinte, selon M. Zemmour, 63 ans, qui s'est déclaré officiellement mardi. Il est crédité de 13% des voix pour la présidentielle d'avril.

En fin de soirée, son équipe a indiqué que le candidat aurait été blessé au poignet, alors qu'un individu l'avait empoigné juste avant qu'il ne monte sur scène prononcer son discours. Il s'est vu prescrire par un médecin 9 jours de repos, selon la même source.

Cette annonce clôt une journée émaillée d'incidents. Avant que la réunion ne démarre, une équipe de l'émission 'Quotidien' a été huée par le public, avant d'être mise brièvement à l'abri, a constaté l'AFP.

Des militants de SOS Racisme menant une action qui se voulait 'non violente' ont eux été agressés par des participants. Cinq personnes ont été blessées, dont deux prises en charge par les pompiers, selon l'association.

'Impossible n'est pas français'

Se présentant comme le 'petit grain de sable' de la 'machine' présidentielle, le candidat d'extrême droite s'est adressé à ceux qui ont 'bravé le politiquement correct, les menaces de l'extrême gauche, la haine des médias'.

'Impossible n'est pas français', a répété le candidat avec une expression attribuée à Napoléon devenue son slogan de campagne, devant ses militants qui scandaient 'Zemmour président' ou 'on est chez nous'.

Eric Zemmour a fustigé 'le mondialisme', 'le vivre-ensemble' et 'l'immigration de masse'. Se disant 'le seul à défendre la liberté de penser', il a contesté être 'fasciste' ou 'misogyne', rendant hommage à sa mère qui lui a 'transmis un amour immodéré de la France'.

Il s'est dit 'prêt à prendre les manettes' du pays pour répondre à deux 'craintes' qui 'hantent les Français', 'celle du grand déclassement [...] et celle du grand remplacement avec l'islamisation de la France et l'immigration de masse'. Il a promis une 'immigration zéro' et la 'réindustrialisation' de la France.

Quelque 900 jeunes du mouvement militant 'Génération Z' étaient présents, selon son président Stanislas Rigault, qui a défendu en tribune une génération qui 'refuse de plier son genou devant des moeurs étrangères'.

57 interpellations

Un dispositif de sécurité dense avait été déployé. Des tensions ont néanmoins éclaté à la mi-journée entre des dizaines d'opposants à la venue d'Éric Zemmour et les forces de l'ordre, devant la gare du RER. Il y a eu au total 57 interpellations et 79 verbalisations pour manifestation interdite, selon la préfecture de police en fin de journée.

A Paris, quelque 2200 manifestants selon la préfecture, 10'000 selon les organisateurs, se sont rassemblés dans le calme pour dénoncer le discours à leurs yeux 'raciste' d'Eric Zemmour, à l'appel d'une cinquantaine de syndicats, partis et associations.

La réunion de Villepinte devait permettre de mesurer les ralliements, alors que l'organisation de M. Zemmour est critiquée en interne pour sa fragilité et que des militants plus radicaux ont intégré la campagne.

Elle a également eu lieu au lendemain de la désignation de la candidate de la droite républicaine (LR), Valérie Pécresse, présidente de la région parisienne, qui s'est imposée devant le très droitier Eric Ciotti, parfois proche des thèses d'Eric Zemmour.

Eric Zemmour se rendra mardi en région lyonnaise.

Le candidat des Insoumis Jean-Luc Mélenchon, crédité de 7,5 à 10% des intentions de vote dans les sondages, a lui mobilisé dimanche à La Défense ses militants face à la droite et à l'extrême droite. Il veut montrer qu'il peut faire l'union via son 'parlement' de campagne, à défaut de la faire à gauche

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus