Daniel Ortega remporte les élections présidentielles au Nicaragua

Le chef de l'Etat sortant Daniel Ortega, qui briguait un quatrième mandat avec sa femme comme ...
Daniel Ortega remporte les élections présidentielles au Nicaragua

Daniel Ortega remporte les élections présidentielles au Nicaragua

Photo: Keystone

Le chef de l'Etat sortant Daniel Ortega, qui briguait un quatrième mandat avec sa femme comme vice-présidente, est arrivé lundi largement en tête d'une élection présidentielle controversée au Nicaragua. L'opposition dénonce une 'farce'.

Selon des résultats quasi-définitifs (99,8% des bulletins dépouillés), 'El Comandante', l'un des chefs de la guérilla ayant mené la révolution sandiniste en 1979, a remporté 72,5% des suffrages. Maximino Rodriguez, avocat de 55 ans du Parti libéral constitutionnaliste (PLC, droite), ne récolte lui que 15%.

Des centaines de partisans du président sortant, qui fêtera ses 71 ans le 11 novembre, ont célébré dans les rues de la capitale Managua cette nouvelle victoire du Front sandiniste de libération nationale (FSLN, gauche). Le FSLN a aussi raflé environ les deux tiers des sièges du Parlement lors de ce scrutin qui était également législatif.

Après avoir glissé son bulletin peu avant la fermeture d'un bureau de vote de Managua, le président Ortega s'est félicité d'un 'vote pour la paix, pour la sécurité du peuple nicaraguayen'. Son épouse Rosario Murillo a, elle, jugé le scrutin 'exemplaire'.

Etats-Unis préoccupés

Aux Etats-Unis, le département d'Etat, qui avait manifesté son inquiétude pendant la campagne, s'est dit lundi 'profondément préoccupé par le processus électoral présidentiel et législatif imparfait au Nicaragua, qui a empêché la possibilité d'une élection libre et juste'. 'La décision du gouvernement nicaraguayen de ne pas inviter d'observateurs internationaux indépendants a dégradé encore plus la légitimité de cette élection', a estimé Washington.

L'opposition a, de son côté, refusé de reconnaître 'les résultats de cette farce'. Selon elle, l'abstention a été de '70 à 80%', bien plus que le chiffre officiel de 31,8%.

L'opposition avait appelé au boycott du scrutin, en l'absence d'observateurs internationaux et après avoir vu ses chances anéanties par la décision en juin de la Cour suprême de justice (CSJ) d'interdire à son leader Eduardo Montealegre de représenter le Parti libéral indépendant (PLI, droite), deuxième force politique de la présidentielle de 2011.

A sa place, la CSJ avait nommé un proche du pouvoir, Pedro Reyes. Ce dernier a immédiatement dissous la coalition prévue par le PLI pour ce scrutin.

Constitution modifiée

L'opposition dénonce la volonté de Daniel Ortega, dont des fils sont placés à des postes économiques clés, d'imposer un népotisme comme la famille Somoza. Celle-ci a régné sans partage de 1934 jusqu'à la révolution de 1979.

D'autant que l'épouse de Daniel Ortega, Rosario Murillo, femme excentrique et omniprésente de 65 ans, brigue la vice-présidence. A eux deux, ils forment un tandem présidentiel comparé par leurs détracteurs à Frank et Claire Underwood, le couple impitoyable de la série 'House of Cards', ou surnommé 'Lord et Lady Macbeth'.

Militante sandiniste dans les années 1970 et mère de dix enfants, cette poétesse connue pour son style autoritaire, est aussi affublée du surnom de 'sorcière'.

Déjà président de 1985 à 1990, Daniel Ortega a été réélu en 2006 et en 2011 face à une opposition divisée. Il a fait modifier la Constitution pour autoriser la réélection sans limitation du président.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes