« Seul le socialisme peut sauver la Chine », assure Xi Jinping

'Seul le socialisme peut sauver la Chine', a déclaré mardi le président chinois Xi Jinping ...
« Seul le socialisme peut sauver la Chine », assure Xi Jinping

Photo: KEYSTONE/AP/ANDY WONG

'Seul le socialisme peut sauver la Chine', a déclaré mardi le président chinois Xi Jinping quelques jours après sa réélection à l'unanimité par le Parlement. Il a réaffirmé le rôle dirigeant du parti communiste chinois (PCC) devant l'assemblée nationale populaire.

'Ce n'est qu'en développant le socialisme aux caractéristiques chinoises que nous pourrons accomplir la grande renaissance de la nation chinoise', a-t-il lancé, en clôture de la session plénière annuelle.

En direction des pays étrangers, M. Xi a assuré que l'essor phénoménal de son pays depuis près de quatre décennies ne constituait ' une menace' pour personne.

'La Chine ne sacrifiera jamais les intérêts des autres pays pour assurer son propre développement', a lancé le chef de la deuxième économie mondiale, en butte aux menaces protectionnistes du président américain Donald Trump.

Avertissement à Taïwan

'Seuls ceux qui ont pour habitude de menacer les autres considèrent les autres comme une menace', a-t-il observé dans une allusion voilée aux pays occidentaux et notamment aux Etats-Unis. 'Personne ne doit se méprendre ni déformer les aspirations sincères et les actes du peuple chinois pour contribuer à la paix et au développement de l'humanité.'

M. Xi a cependant adressé une sévère mise en garde à Taïwan, affirmant que les dirigeants de l'île s'exposeraient à une 'punition de l'histoire' en cas d'initiative séparatiste. Les Etats-Unis viennent d'adopter une loi autorisant des hauts responsables américains à se rendre à Taïwan et vice-versa.

Cette loi est un camouflet pour Pékin qui se considère comme le seul représentant légitime de Taïwan et n'autorise pas de contacts entre le gouvernement taïwanais et des pays étrangers.

La Chine et Taïwan sont séparées depuis 1949. La question est l'une des plus sensibles à Pékin. L'hostilité chinoise à l'égard de Taïwan s'est accrue depuis la victoire, lors de l'élection présidentielle de 2016, de Tsai Ing-wen, candidate du parti progressiste démocratique, une formation indépendantiste.

Pékin soupçonne la présidente taïwanaise de vouloir proclamer formellement l'indépendance du territoire, ce qui constituerait un franchissement de la ligne rouge fixée par les dirigeants communistes chinois.

/ATS
 

Actualités suivantes