« Si je n'avais pas été élu, ce serait la guerre » avec Pyongyang

Donald Trump a estimé mercredi qu'une guerre aurait éclaté avec la Corée du Nord, s'il n'avait ...
« Si je n'avais pas été élu, ce serait la guerre » avec Pyongyang

Photo: KEYSTONE/AP/EVAN VUCCI WONG MAYE-E

Donald Trump a estimé mercredi qu'une guerre aurait éclaté avec la Corée du Nord, s'il n'avait pas été élu président des Etats-Unis. Des 'millions de personnes' auraient alors été tuées. Un second sommet entre les dirigeants américain et nord-coréen est en discussion.

Selon le président républicain, son prédécesseur démocrate Barack Obama était très près de faire la guerre à la fin de son mandat, ce que son propre rapprochement avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a permis d'éviter. Donald Trump a toutefois refusé de fixer une échéance pour la dénucléarisation de la Corée du Nord.

'Je ne veux pas rentrer dans ce jeu-là. Si ça prend deux ans, trois ans, ou cinq ans... ça n'a pas d'importance', a-t-il dit lors d'une conférence de presse à New York, alors que son secrétaire d'Etat Mike Pompeo a fixé l'échéance de janvier 2021.

Il a également affirmé qu'entre Etats-Unis et Corée du Nord régnait une 'merveilleuse relation'. Pyongyang et Washington ont réalisé 'd'immenses progrès' depuis l'année dernière. Donald Trump devrait aussi dans un 'très proche avenir' annoncer le lieu et la date du prochain sommet avec Kim Jong-un.

Quatrième visite

De son côté, le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, a dit avoir eu mercredi aux Nations unies un entretien 'très positif' avec son homologue nord-coréen Ri Yong-ho, et il a annoncé qu'il se rendrait en visite à Pyongyang en octobre pour préparer ce deuxième sommet entre les deux dirigeants. Ce qui sera sa quatrième visite de l'année dans la capitale nord-coréenne.

Le chef du département d'Etat a déclaré sur Twitter que sa rencontre avec Ri à New York avait eu pour objectif de discuter du sommet et des 'prochains pas vers une dénucléarisation de la Corée du Nord'. 'Il reste beaucoup à faire, mais nous continuerons d'avancer', a-t-il dit.

Dénucléarisation

Donald Trump a tenu un premier sommet historique avec Kim Jong-un le 12 juin à Singapour, au cours duquel le numéro un nord-coréen a promis, en termes vagues, d''oeuvrer' à la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

Kim n'est cependant pas allé jusqu'à promettre, comme le réclame Washington, de dresser un inventaire complet de l'arsenal nucléaire de son pays, et ne s'est pas non plus engagé à prendre des décisions irréversibles pour renoncer à l'arme atomique.

/ATS
 

Actualités suivantes