Syrie: nouvelle vague d'évacuation dans la Ghouta orientale

Les rebelles syriens se préparaient dimanche à une seconde vague d'évacuation de leur avant-dernière ...
Syrie: nouvelle vague d'évacuation dans la Ghouta orientale

Syrie: nouvelle vague d'évacuation dans la Ghouta orientale

Photo: KEYSTONE/AP Syrian Civil Defense White Helmets

Les rebelles syriens se préparaient dimanche à une seconde vague d'évacuation de leur avant-dernière enclave dans la Ghouta orientale, aux portes de Damas, selon un journaliste. Le régime syrien a repris le contrôle de la quasi-totalité de l'ancien bastion insurgé.

Des dizaines de combattants et de civils rassemblaient dimanche matin leurs affaires dans la ville d'Arbine, a constaté un correspondant de l'AFP. Ils attendaient l'arrivée des bus qui doivent les conduire dans la province d'Idleb (nord-ouest), la dernière qui échappe au contrôle du régime. Ces évacuations font suite à un accord parrainé par la Russie, allié de Damas.

Samedi, près de 1000 combattants du groupe islamiste Faylaq al-Rahmane et leurs familles avaient déjà quitté Arbine. Après avoir été fouillés - les combattants devaient abandonner la plus grande partie de leur armement - les évacués ont pris place dans des bus, à bord de chacun desquels se trouvait un soldat russe. Moscou supervise directement l'opération.

Encore plusieurs jours

Au total, quelques 7000 personnes devraient évacuer la zone, notamment depuis trois localités de la poche Sud de l'enclave rebelle - Zamalka, Arbine et Jobar, ce qui pourrait prendre plusieurs jours. Ecrasés par un déluge de feu et affaiblis par un siège de cinq ans, les mouvements rebelles acceptent un à un d'abandonner leurs positions dans la Ghouta pour se retirer à Idleb.

Le régime syrien a lancé le 18 février une offensive meurtrière, associant bombardements intenses et combats au sol. Damas a désormais repris 90% de la Ghouta orientale, fief rebelle en périphérie de la capitale.

Plus de 1600 civils ont été tués depuis cette date, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui a aussi dénombré la mort d'au moins 485 soldats du régime et de 310 rebelles. En une dizaine de jours, 107'000 civils ont fui les combats dans la Ghouta vers des zones tenues par le régime, via des couloirs mis en place par les autorités syriennes.

Zone symbolique et stratégique

La région comptait environ 400'000 habitants avant le début de l'offensive. Après l'évacuation des membres de Faylaq al-Rahmane, les rebelles ne seront plus présents que dans une seule poche, autour de la grande ville de Douma, tenue par le groupe islamiste Jaich al-Islam et où des négociations sont en cours.

Le régime syrien avait fait en début d'année une priorité de la reconquête de la Ghouta orientale, une zone symbolique par sa proximité avec la capitale et hautement stratégique. Les rebelles l'utilisaient pour tirer obus et roquettes sur Damas. Elle avait été l'une des premières régions où se sont déroulées des manifestations contre le régime, en 2011.

/ATS
 

Articles les plus lus