Trump a voulu mettre un soutien à la tête d'une enquête le visant

Le président américain Donald Trump a demandé qu'un procureur de New York, considéré comme ...
Trump a voulu mettre un soutien à la tête d'une enquête le visant

Trump a voulu mettre un soutien à la tête d'une enquête le visant

Photo: KEYSTONE/EPA/SHAWN THEW

Le président américain Donald Trump a demandé qu'un procureur de New York, considéré comme un de ses soutiens, soit chargé d'une enquête le visant, rapporte mardi le New York Times. Il n'est toutefois pas parvenu à ses fins.

Le 45e président des Etats-Unis a réfuté mardi ces affirmations, qu'il a qualifié de 'fausses informations' ('fake news'). Elles concernent l'enquête sur les versements effectués par son ancien avocat, Michael Cohen, à deux femmes, Stormy Daniels et Karen McDougal, pour acheter leur silence sur une liaison supposée avec Donald Trump.

Inquiet de voir le dossier le menacer d'un peu trop près, l'ancien promoteur immobilier aurait demandé au ministre de la justice par intérim, Matthew Whitaker, d'intervenir. Il souhaitait ainsi que le procureur fédéral de Manhattan Geoffrey Berman, considéré comme un soutien de Donald Trump, reprenne l'enquête en main.

Nouveau ministre de la justice

M. Berman s'était récusé de l'enquête pour éviter tout soupçon de conflit d'intérêts. Il avait confié le dossier à l'un des procureurs de son équipe. Rien n'indique, selon le New York Times, que le ministre par intérim ait fait quoi que ce soit, par la suite, pour suivre les ordres du président. M. Berman n'est pas intervenu dans l'enquête.

Un porte-parole du ministère de la justice a indiqué que M. Whitaker maintenait ses déclarations faites devant la commission des affaires judiciaires de la chambre des représentants. Lors de son audition, au début du mois, il avait affirmé que la Maison-Blanche ne lui avait jamais fait de demande concernant l'enquête du procureur spécial Robert Mueller ou d'autres enquêtes.

Matthew Whitaker a été remplacé jeudi par Bill Barr, après sa confirmation par le Sénat.

Dans le dossier évoqué par le New York Times, Michael Cohen a été condamné en décembre à 3 ans d'emprisonnement, notamment pour infraction à la législation sur le financement des campagnes électorales.

/ATS
 

Actualités suivantes