Un Noir n'est pas plus en danger face à un policier blanc (étude)

Les policiers américains blancs ne sont pas plus susceptibles d'abattre des personnes noires ...
Un Noir n'est pas plus en danger face à un policier blanc (étude)

Un Noir n'est pas plus en danger face à un policier blanc (étude)

Photo: KEYSTONE/FR61802 AP/CRAIG RUTTLE

Les policiers américains blancs ne sont pas plus susceptibles d'abattre des personnes noires ou hispaniques que leurs collègues issus des minorités. C'est ce qu'indique une nouvelle étude publiée dans les Comptes-rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS).

Les morts de Noirs abattus par des policiers blancs provoquent régulièrement l'émoi aux Etats-Unis, où elles ont donné naissance au mouvement 'Black Lives matter' (la vie des Noirs compte).

Ces drames ont 'suscité des questions sur les disparités raciales' dans les violences policières et sur de possibles préjugés chez les policiers blancs, écrivent des chercheurs des universités du Maryland et du Michigan.

'Les gens veulent savoir si les policiers blancs sont plus susceptibles de tuer des civils noirs que leurs collègues noirs', relève l'un d'eux, le professeur de psychologie Joseph Cesario. 'Mais on n'avait pas de réponse à cette question, car il n'existe pas de base de données nationale sur les policiers impliqués', explique-t-il à l'AFP.

Pour pallier ce manque, l'équipe de chercheurs a collecté dans la presse et auprès des autorités des données sur les policiers impliqués dans la mort de plus de 900 personnes abattues en 2015 par des membres des forces de l'ordre. Parmi les victimes, 26% étaient Noires, alors que les Afro-américains ne représentent que 12% de la population américaine.

Aucune relation

Mais après différents calculs, 'nous n'avons trouvé aucune relation entre la couleur du policier et celle de la personne tuée', résume Joseph Cesario. Les chercheurs ont alors cherché quel autre facteur augmentait la probabilité d'être tué par un policier et ils ont trouvé que 'le taux de criminalité local de chaque groupe ethnique' était déterminant.

'En d'autres termes, dans un comté où les Blancs commettent beaucoup de crimes violents, les Blancs ont plus de chances d'être abattus par des policiers', et de même pour les Noirs ou les Hispaniques, explique le chercheur.

'Cela semble suggérer qu'au niveau national, le fait qu'il y ait une plus grande proportion de Noirs tués par des policiers que leur part dans la population ne vient pas de préjugés des policiers, mais des personnes avec lesquelles ils entrent en contact', ajoute-t-il.

Pour autant, les universitaires insistent: leurs conclusions 'ne peuvent pas incriminer ou exonérer des agents dans des dossiers spécifiques'.

Selon eux, augmenter la diversité dans le recrutement des agents peut présenter des avantages, notamment en terme de confiance de la population envers les forces de l'ordre, mais ne permettra pas de diminuer la proportion des Noirs qui meurent sous les balles policières.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus