Un mort et un blessé grave par balles devant un hôpital à Paris

Une personne a été tuée et une autre blessée par balles, lundi en début d'après-midi, devant ...
Un mort et un blessé grave par balles devant un hôpital à Paris

Fusillade à Paris: piste du règlement de comptes privilégiée

Photo: KEYSTONE/EPA/ETIENNE LAURENT

Un tireur a tué froidement un homme et blessé par balle une agente de sécurité lundi en plein jour devant un hôpital parisien. Il est parvenu à s'enfuir après ce qui s'apparente à un règlement de comptes, selon les premiers éléments de l'enquête.

Dans le XVIe arrondissement de la capitale, les coups de feu ont été tirés devant l'hôpital gériatrique Henry-Dunant, un établissement où est actuellement installé un centre de vaccination contre le Covid-19.

Le tireur a pris la fuite sur un deux-roues. 'C'est un probable règlement de comptes', a expliqué une source proche de l'enquête à l'AFP.

Victime connue pour meurtre

La victime, née en 1987, 'est très connue, notamment pour meurtre en bande organisée, trafic de stupéfiants et association de malfaiteurs', a ajouté une source proche du dossier, qui confirme que la thèse d'une exécution préméditée est privilégiée.

'Il ressort des premières investigations que l'homme décédé', 'défavorablement connu par la justice', 'était visé par l'auteur des coups de feu', a confirmé le parquet de Paris. Celui-ci a ouvert une enquête pour assassinat, tentative d'assassinat et association de malfaiteurs.

Pronostic vital de l'agente engagé

L'agente de sécurité, 'gravement blessée', a été 'prise en charge rapidement par le Samu', après une première intervention du personnel de l'hôpital, a expliqué la Croix-Rouge dans un communiqué. Elle 'est hospitalisée dans un état grave' et 'son pronostic vital est toujours engagé', a indiqué le parquet lundi soir.

L'agente de sécurité n'était a priori pas visée et 'a plutôt été victime d'une balle perdue', a déclaré à la presse le maire du XVIe arrondissement Francis Szpiner.

L'édile a confirmé qu'il s'agit 'vraisemblablement d'un règlement de comptes': 'le nombre de douilles relevées me laisse à penser que c'est plutôt prémédité', a-t-il dit.

Pas contre le centre de vaccination

Le maire a voulu rassurer la population: 'il ne s'agit pas d'un attentat terroriste, il ne s'agit pas d'un attentat contre le centre de vaccination'.

La Croix-Rouge a mis en place 'une cellule de soutien psychologique' pour tous les personnels concernés et assure que 'la vaccination et les activités de l'hôpital gériatrique peuvent se poursuivre'. 'On a encore beaucoup de personnes choquées à l'intérieur', a confié un employé.

/ATS
 

Actualités suivantes