Une Suissesse nommée envoyée spéciale de l'ONU pour la Birmanie

L'actuelle ambassadrice suisse à Berlin, Christine Schraner-Burgener, a été nommée envoyée ...
Une Suissesse nommée envoyée spéciale de l'ONU pour la Birmanie

Une Suissesse nommée envoyée spéciale de l'ONU pour la Birmanie

Photo: Keystone/CHRISTIAN BEUTLER

L'actuelle ambassadrice suisse à Berlin, Christine Schraner-Burgener, a été nommée envoyée spéciale du secrétaire général de l'ONU pour la Birmanie, a indiqué jeudi le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Berne a salué la décision d'Antonio Guterres.

Mme Schraner-Burgener, 54 ans, assumera ce mandat à titre personnel et informera régulièrement le Conseil de sécurité de l'ONU sur la situation en Birmanie. Elle est au bénéfice d'une longue expérience au DFAE, notamment en tant qu'ambassadrice en Thaïlande, fonction qu'elle a exercée de 2009 à 2015. Elle est entrée dans le service diplomatique en 1991 et depuis 2015, elle est ambassadrice de Suisse en Allemagne, rappelle le DFAE.

Avocate de formation, Mme Schraner-Burgener est spécialisée dans les droits de l'homme et le droit international. Berne a salué la décision du secrétaire général de l'ONU. 'Ce choix témoigne une nouvelle fois de l'excellente qualité de la diplomatie suisse', soulignent les services d'Ignazio Cassis.

Un poste très sensible

Cette nomination, annoncée aussi jeudi par l'ONU, survient alors que le Conseil de sécurité s'apprête à se rendre en fin de semaine au Bangladesh et en Birmanie pour parler de la crise des réfugiés rohingyas. Cela faisait des mois que le patron de l'ONU, Antonio Guterres, cherchait une personnalité pouvant convenir aux autorités birmanes, afin d'occuper ce poste sensible d'envoyée spéciale.

Plusieurs ambassadeurs de l'ONU avaient souhaité ces dernières semaines que le chef de l'ONU nomme son émissaire avant le voyage du Conseil de sécurité dans la région, et que ce dernier en fasse partie. Depuis août, quelque 700'000 Rohingyas se sont exilés vers le Bangladesh voisin, après des opérations militaires de l'armée qualifiées par l'ONU de nettoyage ethnique.

La Birmanie a toujours nié procéder à un nettoyage ethnique, assurant n'avoir voulu s'en prendre qu'à des extrémistes rohingyas ayant attaqué l'été dernier des positions gouvernementales. Outre l'exil en masse de la minorité musulmane, l'ONU a constaté que des villages avaient été brûlés et rasés, rendant difficile son exigence d'un retour des réfugiés dans leurs zones d'origine.

Suisse bien présente en Birmanie

En Birmanie, la Suisse soutient depuis plusieurs années la transition démocratique du pays. Dans le cadre de la coopération au développement, elle œuvre dans les domaines de l'emploi et de la formation professionnelle, de l'agriculture et de la sécurité alimentaire, de la santé, des services sociaux et de la gouvernance locale ainsi que de la promotion de la paix, de la démocratisation et de la protection, précise encore le DFAE.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus