Une troisième femme est entrée dans le temple hindou de Sabarimala

Une troisième femme est entrée dans un des sanctuaires les plus sacrés de l'hindouisme, a annoncé ...
Une troisième femme est entrée dans le temple hindou de Sabarimala

Une troisième femme est entrée dans le temple hindou de Sabarimala

Photo: KEYSTONE/AP/R.S. IYER

Une troisième femme est entrée dans un des sanctuaires les plus sacrés de l'hindouisme, a annoncé vendredi la police indienne. Cette intrusion risque d'attiser les tensions après deux jours de manifestations de traditionalistes, qui ont fait un mort et quinze blessés.

Le grand temple hindou d'Ayyappa à Sabarimala, dans l'Etat de Kerala (sud), a fait l'objet pendant vingt ans d'une bataille judiciaire autour de son interdiction à toutes les femmes en âge d'avoir leurs règles, soit entre 10 et 50 ans. La bataille a pris fin le 28 septembre 2018 avec une décision de la Cour suprême jugeant cette mesure discriminatoire.

Mercredi, deux femmes d'une quarantaine d'années sont parvenues à pénétrer avant l'aube dans le temple, sous protection policière mais à l'insu des fidèles traditionalistes farouchement hostiles à la décision de la Cour suprême. Une troisième femme, une Srilankaise, y est à son tour entrée jeudi soir.

'Elle est entrée dans le temple hier soir. Elle a 47 ans et est venue pour prier. Nous étions au courant et avons surveillé la situation', a déclaré vendredi à l'AFP Balram Kumar Upadhyay, un responsable de la police de l'Etat de Kerala. Il a ajouté que la situation au temple était vendredi 'pour le moment normale'.

Plus de 1350 arrestations

Les traditionalistes hindous avaient toujours réussi jusqu'à mercredi, en dépit de la décision de la plus haute juridiction du pays, à empêcher les femmes de s'approcher du temple.

L'intrusion de mercredi a provoqué la fureur de traditionnalistes hindous, y compris de nombreux membres du Bharatiya Janata Party (BJP), le parti du Premier ministre Narendra Modi. Ceux-ci considèrent qu'aucune femme en âge d'avoir ses règles ne peut pénétrer dans ce temple.

Les affrontements de mercredi et jeudi ont notamment opposé les fidèles traditionalistes et les partisans de l'alliance de gauche au pouvoir dans l'Etat du Kerala, ainsi que les traditionalistes hindous et la police, qui a eu recours aux gaz lacrymogènes et aux canons à eau.

Un homme a été tué et 15 autres personnes blessées, dont quatre sympathisants du BJP. Plus de 1350 personnes ont été arrêtées en marge de ces manifestations.

Femmes 'impures'

Mardi, des dizaines de milliers de femmes avaient formé une chaîne humaine pour soutenir la décision de la Cour suprême. Cette manifestation appelée 'Mur des femmes' était soutenue par le gouvernement de gauche de l'Etat.

Les femmes ayant leurs règles sont souvent considérées comme impures dans la société indienne conservatrice et patriarcale. Si la plupart des temples n'autorisent pas les femmes à entrer lorsqu'elles ont leurs règles, Sabarimala était l'un des rares à interdire son entrer à toutes les femmes entre la puberté et la ménopause.

L'entrée des femmes dans ce temple fut totalement tabou pendant des décennies, avant que la Haute cour du Kerala ne formalise en 1991 cette restriction.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus