Xinjiang: Berne et des dizaines de pays s'opposent à Pékin

La Suisse et 46 autres pays s'en sont à nouveau pris à la Chine devant le Conseil des droits ...
Xinjiang: Berne et des dizaines de pays s'opposent à Pékin

Xinjiang: Berne et des dizaines de pays s'opposent à Pékin

Photo: KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD

La Suisse et 46 autres pays s'en sont à nouveau pris à la Chine devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève, notamment sur le Xinjiang. Face à eux, plus de 70 Etats ont défendu leur allié chinois.

Dans une déclaration commune mardi lue par les Pays-Bas, la Suisse et les dizaines d'autres Etats ont demandé davantage d'indications à la Haute commissaire aux droits de l'homme Michelle Bachelet sur sa récente visite en Chine. Notamment sur les restrictions d'accès auxquelles elle aurait pu être confrontée au Xinjiang et auprès de la société civile.

Ces Etats souhaitent encore savoir quand la Chilienne publiera son rapport attendu depuis l'année dernière sur la Chine. Lundi, Mme Bachelet avait garanti à la presse qu'elle le diffuserait avant de quitter l'organisation fin août prochain.

Dans leur déclaration, les dizaines de pays dénoncent à nouveau la situation au Xinjiang où seraient détenus plus d'un million d'Ouïghours dans des camps d'internement. Ils mentionnent des cas de torture présumés.

La réaction de la Chine n'a pas tardé. Dénonçant devant le Conseil des 'mensonges', l'ambassadeur Chen Xu a lui rejeté à nouveau fermement les accusations contre son pays et estimé que 'le rapport ne devrait pas être publié' parce qu'il dépasse le mandat de la Haute commissaire. Comme le président Xi Jinping avant lui, il a tenté d'utiliser la visite de Mme Bachelet en Chine, estimant que celle-ci avait pu observer la bonne situation dans laquelle se trouvent les Ouïghours.

Déclaration par des alliés

La Suisse ne s'associe pas pour la première fois à une déclaration commune sur la Chine. Par le passé, Pékin l'avait accusée d'interférer dans ses affaires intérieures. Un reproche que des dizaines d'Etats ont eux lancé mardi dans une déclaration commune à l'égard de ceux qui osent cibler leur allié.

La pression était montée ces derniers mois sur la Haute commissaire, notamment par les Etats-Unis, avant sa visite controversée en Chine. Mme Bachelet s'est notamment rendue au Xinjiang où plus d'un million d'Ouïghours seraient détenus dans des camps d'internement.

Elle a fait face ensuite à la réprobation de certains Etats et ONG qui ont accusé la Chilienne de s'être laissée instrumentaliser, des organisations appelant même à sa démission. Mais elle a assumé son approche qui lui permet, selon elle, d'aborder directement avec les autorités les critiques à leur égard et avait affirmé qu'elle ne se rendait pas dans ce pays pour une 'investigation'. Lundi, elle avait encore parlé plutôt de 'préoccupations' que de condamnations.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus