Zelensky au WEF de Davos et Zelenska à l'OMS à Genève

La Russie concentrait lundi l'essentiel de ses forces dans la bataille du Donbass, dans l'est ...
Zelensky au WEF de Davos et Zelenska à l'OMS à Genève

Zelensky au WEF de Davos et Zelenska à l'OMS à Genève

Photo: KEYSTONE/EPA/OLEG PETRASYUK

La Russie concentrait lundi l'essentiel de ses forces dans la bataille du Donbass, dans l'est de l'Ukraine. Sur le plan diplomatique, le couple Zelensky a demandé une intensification des sanctions contre Moscou et une aide militaire illimitée.

Dans le Donbass, partiellement contrôlé depuis 2014 par des séparatistes prorusses, la situation devient 'de plus en plus difficile' pour les défenseurs ukrainiens de Lougansk, une des deux régions de ce bassin houiller, en particulier dans la ville de Severodonetsk, bombardée '24 heures sur 24', selon le gouverneur, Serguiï Gaïdaï.

'Toutes les forces russes sont concentrées dans les régions de Lougansk et de Donetsk', a-t-il affirmé, mentionnant notamment les troupes retirées de la région de Kharkiv (nord-est) ou celles qui ont fait tomber le port de Marioupol (sud-est).

'Les forces russes n'ont réalisé que des gains minimes dans l'est de l'Ukraine le 22 mai', estime l'Institut américain d'étude de la guerre (ISW), tout en relevant leurs avancées au nord et à l'ouest de la localité de Popasna depuis plusieurs jours.

Elles 'cherchent probablement à progresser plus à l'ouest vers Bakhmout et vers le nord pour participer à l'encerclement de Severodonetsk, mais il reste peu probable qu'elles parviennent à avancer rapidement', ajoute l'ISW.

Stabilisation sur le front Sud

A Marioupol et autour de ce port stratégique sur la mer d'Azov, les troupes russes 'ont continué leurs opérations de filtrage et de transfert' des combattants qui ont permis l'ultime résistance ukrainienne dans l'immense aciérie Azovstal, selon l'ISW.

Plus à l'ouest, elles se préparent à une reprise des combats autour de Kherson, à leur initiative ou à celle de l'armée ukrainienne, dit-il.

Le président Zelensky a par ailleurs annoncé que 87 personnes avaient péri dans une attaque russe le 17 mai contre une base militaire dans le nord du pays, selon un nouveau bilan qui en fait l'un des bombardements russes les plus meurtriers depuis le début de la guerre.

Appel à intensifier les sanctions et l'aide militaire

Le président ukrainien a réclamé au Forum de Davos une intensification des sanctions, estimant qu'il 'ne devrait y avoir aucun commerce avec la Russie', en particulier aucun achat de son pétrole.

'L'Ukraine a besoin de toutes les armes que nous demandons, pas seulement de celles qui ont été fournies', a également insisté M. Zelensky, dans une intervention en visioconférence à la réunion annuelle du Forum économique mondial (WEF).

Lors d'une réunion virtuelle du 'Groupe de contact pour la défense de l'Ukraine', 44 pays ont discuté lundi de l'assistance militaire à apporter à l'Ukraine. Vingt d'entre eux se sont engagés à fournir des armes supplémentaires à l'Ukraine, et d'autres entraîneront l'armée ukrainienne, a annoncé le ministre américain de la Défense, Lloyd Austin.

Le ministre ukrainien de la Défense, Oleksiï Reznikov a dit 'espérer pouvoir présenter les résultats de l'utilisation' des armes promises lundi, 'qui devraient changer la donne sur le champ de bataille!'.

Les pays occidentaux ont envoyé d'immenses quantités d'armes et d'argent à l'Ukraine et instauré des sanctions économiques sans précédent contre Moscou.

De nombreuses multinationales ont déjà quitté la Russie. Le géant américain Starbucks a annoncé lundi qu'il allait fermer ses 130 cafés dans le pays, comme l'avait déjà fait McDonald's la semaine dernière.

Egalement par vidéo, son épouse a dénoncé lundi à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à Genève les 'horreurs' inimaginables causées par les forces russes en Ukraine, tandis que Moscou a dénoncé une 'politisation' de cette organisation.

Olena Zelenska a notamment évoqué les conséquences à long terme de la guerre, en particulier sur le plan de la santé mentale, un défi que son pays entend relever avec le soutien de l'OMS.

S'exprimant à son tour devant l'Assemblée mondiale de la santé, la vice-ministre russe de la Santé Alexandra Dronova a quant à elle dénoncé les 'tentatives de politisation du travail de l'organisation, ainsi que des déviations de son principe d''impartialité' dans son travail'.

Toujours en Suisse, un diplomate russe basé à Genève et opposé à la guerre, Boris Bondarev, a démissionné avec fracas, affirmant dans une lettre rendue publique que 'jamais' il n'avait eu 'autant honte' de son pays.

Première condamnation pour crime de guerre

Le premier soldat russe jugé pour crime de guerre depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie a été reconnu coupable et condamné à la prison à perpétuité lundi à Kiev pour le meurtre prémédité d'un civil.

Les enquêteurs ukrainiens affirment avoir identifié 'plus de 8000 cas' présumés de crimes de guerre.

Il n'existe aucun bilan global des victimes civiles du conflit. Pour la seule ville de Marioupol, les autorités ukrainiennes parlent de 20'000 morts.

Sur le plan militaire, le ministère ukrainien de la Défense évalue les pertes russes à plus de 29'200 hommes, 204 avions et près de 1300 chars depuis le début de l'invasion le 24 février.

Le Kremlin a admis des 'pertes importantes'.

Des sources occidentales évoquent quelque 12'000 soldats russes tués, une bonne source militaire française a confirmé à l'AFP un chiffre estimé de l'ordre de 15'000.

Ces pertes sur trois mois avoisinent celles enregistrées en neuf ans par l'Armée soviétique en Afghanistan, souligne le ministère britannique de la Défense.

'A mesure que les pertes en Ukraine continueront à augmenter, elles vont devenir plus visibles et le mécontentement public (en Russie) face à la guerre et l'envie de l'exprimer pourraient grandir', analyse-t-il.

Le président Zelensky a déclaré mi-avril qu'environ 2500 à 3000 soldats ukrainiens avaient été tués et quelque 10'000 blessés.

Aucune statistique indépendante n'est disponible.

Plus de huit millions d'Ukrainiens étaient déplacés à l'intérieur de leur pays, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Haut Commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR). S'y ajoutent 6,5 millions qui ont fui à l'étranger, dont plus de la moitié - 3,4 millions - en Pologne.

/ATS
 

Actualités suivantes