180 jours-amende requis contre l'ex-sergent qui a combattu en Syrie

L'auditeur militaire a requis jeudi 180 jours-amende avec sursis pendant trois ans contre contre ...
180 jours-amende requis contre l'ex-sergent qui a combattu en Syrie

180 jours-amende requis contre l'ex-sergent qui a combattu en Syrie

Photo: KEYSTONE/TI-PRESS/ALESSANDRO CRINARI

L'auditeur militaire a requis jeudi 180 jours-amende avec sursis pendant trois ans contre contre un-ex-sergent suisse accusé d'avoir servi dans une milice syrienne en lutte contre le groupe Etat islamique (EI). Il a également réclamé une amende de 2200 francs.

L'accusation a aussi requis 70 jours-amende et une amende de 1500 francs avec sursis pendant deux ans pour le cousin de l'ancien sous-officier, accusé de recrutement et tentative de recrutement en Suisse. Les avocats des deux cousins ont plaidé l’acquittement. Le verdict du Tribunal militaire est attendu pour vendredi.

L’ex-sergent suisse, né à Saint-Gall de parents turco-syriens d’ascendance chrétienne araméenne, a grandi à Locarno. En 2011, après le Printemps arabe il est parti en Syrie, d’abord pour des raisons humanitaires et pour s’informer de la situation sur place, a-t-il expliqué mercredi, au premier jour du procès.

A la fin 2012, vu l’avancée de l’EI vers les villages chrétiens du nord de la Syrie, avec d’autres combattants de la même religion, il a mis sur pied le 'Conseil militaire syriaque', une milice dans laquelle il a servi de 2013 à 2015 'sans la permission du Conseil fédéral'.

Recrutement via les réseaux sociaux

Son cousin, né à Locarno en 1989, est licencié en sciences criminelles de l’Université de Lausanne et réside actuellement à Genève. Il est accusé d’avoir recruté ou tenté de recruter 'un nombre imprécis de ressortissants suisses' à envoyer combattre en Syrie, ceci par l’entremise d’appels sur les réseaux sociaux.

Mercredi, lors de son interrogatoire, le Tessinois, exempté du service militaire après un accident de football, a toutefois précisé qu''aucun Suisse n’a jamais pris le chemin de la Syrie'.

Les deux prévenus répondent d''affaiblissement de la force défensive du pays' au sens de l’article 94 du Code pénal militaire.

/ATS
 

Articles les plus lus