Les sénateurs augmentent les aides au loyer pour les plus pauvres

Les retraités et les invalides qui ont une petite rente devraient recevoir plus d'argent pour ...
Les sénateurs augmentent les aides au loyer pour les plus pauvres

Les sénateurs augmentent les aides au loyer pour les plus pauvres

Photo: Keystone

Les retraités et les invalides qui ont une petite rente devraient recevoir plus d'argent pour payer leur loyer. Le Conseil des Etats a approuvé mercredi par 27 voix contre 14 une hausse des montants dans le cadre de la réforme des prestations complémentaires.

Le Conseil des Etats a décidé d'intégrer ce projet du Conseil fédéral à la réforme. Le montant des prestations complémentaires pour les loyers est ainsi adapté à la hausse des loyers: 21% entre 2001 et 2014. Cela répond à une demande des associations des seniors et des handicapés.

Le niveau de ces montants est resté le même depuis 2001. A l'époque, l'argent reçu permettait de couvrir 86% des loyers (en 2015), contre 70% actuellement. Pour les familles, les taux de couverture sont encore inférieurs, et ne remplissent pas le mandat constitutionnel.

Dans les villes, la situation est difficile et ces augmentations seront bienvenues, dans les cantons où les loyers sont inférieurs, cela ne changera rien, a argumenté le conseiller fédéral Alain Berset.

Plus pour les familles

Dans le détail, une personne seule recevra entre 16'440 et 14'520 francs, selon la région où elle vit. Si plusieurs personnes vivent dans le ménage, un supplément de 3000 francs est prévu pour le deuxième individu, un montant entre 1800 et 2160 francs pour le troisième et entre 1560 et 1920 francs pour le quatrième.

'L'augmentation est importante dès la troisième personne, mais on arrive là dans des ménages qui ont des enfants et où il est important d'agir', a précisé le ministre des assurances sociales. Le gouvernement devra évaluer tous les 10 ans le montant de cette aide au loyer.

Certains socialistes ont cependant trouvé la hausse critiquable, estimant qu'elle ne tient pas assez compte des différences régionales. 'Dans le canton de Neuchâtel, les loyers n'ont pas augmenté de 21% en 10 ans', a relevé Didier Berberat (PS/NE).

Le PLR et une partie du PDC auraient préféré une hausse minime. Le Conseil des Etats a finalement retenu la solution du Conseil fédéral. La gauche, désunie, aurait voulu relever davantage ce plafond. Elle a reçu un allié inattendu en la personne de Werner Hösli (UDC/GL).

La réforme fonde sa hausse sur des données déjà dépassées: elles datent de 2013. 'Les loyers augmentent d'environ 1% par an. Les maxima prévus par le Conseil fédéral ne suffisent pas. Et si le loyer est inférieur, les bénéficiaires recevront le montant juste', a argumenté Werner Hösli.

La Chambre des cantons a préféré augmenter le supplément prévu lorsque le bénéficiaire doit louer un appartement adapté aux fauteuils roulants, qui passe de 3600 francs à 6000 francs.

Economies de 300 millions

Plus globalement, la réforme veut optimiser le système des prestations complémentaires et éliminer des effets pervers. Plus de 300 millions d'économies sont attendues.

Les discussions continuent. Les sénateurs doivent notamment débattre d'un système pour inciter les bénéficiaires des prestations sociales à s'assurer auprès des caisses maladie les moins chères. La réforme veut également empêcher les indépendants de retirer leurs avoirs du deuxième pilier sous forme de capital.

/ATS