Meurtre d'une prostituée au Dolder Grand à Zurich: 18 ans de prison requis contre l'accusé

L'homme accusé de l'assassinat d'une prostituée en septembre 2014 dans un hôtel le luxe zurichois ...
Meurtre d'une prostituée au Dolder Grand à Zurich: 18 ans de prison requis contre l'accusé

Meurtre d'une prostituée dans un hôtel de luxe zurichois: l'accusé nie toute préméditation

Photo: Keystone

Accusé de l'assassinat d'une prostituée en septembre 2014 dans un hôtel le luxe zurichois, un homme de 49 ans comparaît depuis mercredi matin devant le Tribunal de district de Zurich. S'emmêlant dans des contradictions, l'accusé a nié toute volonté de tuer sa victime.

'Je voulais seulement qu'elle se taise enfin', a déclaré le prévenu à la Cour, visiblement bouleversé et confus. Il avait rencontré la Polonaise âgée de 25 ans quelques mois plus tôt en faisant régulièrement appel à ses services dans le milieu de la prostitution.

Selon le Ministère public, l'homme - qui vivait en couple - est tombé amoureux de la prostituée, mais celle-ci entendait quitter le milieu. L'accusé a alors tué la jeune femme de peur qu'elle lui échappe, celle-ci couchant avec lui uniquement parce qu'il la payait.

'Elle voulait une vie commune'

A l'ouverture de son procès, l'ancien chef des placements d'une caisse de pension argovienne s'est inscrit en faux contre cette version. Selon lui, la jeune femme voulait sortir de la prostitution pour reconstruire sa vie avec lui. 'Elle voulait une vie commune davantage que je ne le voulais', a-t-il estimé tout en admettant avoir eu des sentiments pour elle.

'La décision a été difficile à prendre, mais je me suis décidé en faveur de ma compagne', a déclaré le prévenu. La jeune femme aurait alors exigé que l'homme la paie pour avoir consacré du temps à leur rencontre du jour dans l'hôtel de luxe, ajoutant que 'pas même une prostituée' ne voudrait un enfant de lui.

'J'ai perdu mon sang-froid'

Il aurait dès lors perdu son sang-froid, lui aurait fermé la bouche avant de l'étrangler mortellement et d'emmener son corps dans une valise à son domicile. 'Je n'ai jamais eu l'intention de tuer cette femme', a souligné le prévenu.

Le Ministère public est d'un autre avis. Selon l'accusation, l'intéressé a amené une grande valise à l'hôtel de ville dans un but précis. Il a en outre drogué sa victime avec un sédatif puissant. Après le crime, il a transporté le corps en voiture jusqu'au domicile qu'il partageait avec sa compagne. Il a ensuite placé le cadavre dans un réfrigérateur à vins en y ajoutant des diffuseurs parfumant pour couvrir les mauvaises odeurs.

Descente aux enfers

L'accusé s'est contredit à plusieurs reprises en tentant de justifier la présence de la grande valise à l'hôtel. Il a d'abord dit qu'il souhaitait l'offrir à la jeune femme. Puis, il a déclaré qu'il avait voulu s'en servir pour se débarrasser d'objets. Lors d'un interrogatoire précédent, il avait aussi affirmé avoir noyé la jeune femme dans un jacuzzi.

Les malheurs de l'accusé ont commencé lorsqu'il a fait un burnout, fin 2011. Il a quitté son emploi à la Caisse de pension du canton d'Argovie avant de perdre totalement pied. Il s'est alors rendu au bordel de plus en plus souvent, jusqu'à le fréquenter quotidiennement. Il y a dépensé toute sa fortune. Le jugement est attendu pour jeudi en fin d'après-midi.

/ATS
 

Actualités suivantes