Prévoyance vieillesse: calculateurs à manier avec précaution

Dans le cadre de la votation sur la Prévoyance 2020, plusieurs calculateurs proposent de chiffrer ...
Prévoyance vieillesse: calculateurs à manier avec précaution

Prévoyance vieillesse: calculateurs à manier avec précaution

Photo: Keystone

Dans le cadre de la votation sur la Prévoyance 2020, plusieurs calculateurs proposent de chiffrer les effets de la réforme sur sa situation personnelle. Les résultats sont à considérer avec précaution.

L'Union suisse des arts et métiers (USAM), Comparis et la radio-télévision alémanique SRF proposent chacun un simulateur pour estimer les effets de la réforme de la prévoyance vieillesse sur sa situation personnelle. L'Office fédéral des assurances sociales (OFAS) a, lui, renoncé à développer un tel calculateur. A la place, il propose quelques exemples types.

L'OFAS n'est pas fondamentalement opposé à ce que des privés établissent de telles applications. 'Ce qui nous pose problème, c'est que tous les résultats ne sont pas représentatifs', a indiqué à l'ats Rolf Camenzind, responsable de la communication.

Pour effectuer leurs estimations, tous les calculateurs ne se basent pas sur les mêmes données. Du côté de l'USAM, seuls l'âge et le salaire annuel sont demandés, alors que le simulateur de SRF prend également en compte le sexe. Sur le site de Comparis, en plus de ces éléments, il faut aussi choisir entre deux régimes de LPP, ordinaire ou obligatoire.

Prudence requise

M. Camenzind appelle donc à considérer ces résultats avec prudence. Une prudence à laquelle SRF invite aussi ses internautes. En dessous du simulateur, il est clairement mentionné qu'il s'agit d'une estimation fortement simplifiée et que, pour un calcul précis, il faut consulter sa caisse de pension.

Du côté de Comparis non plus, on ne prétend pas à l'exactitude. 'Le but de Comparis était de rendre tangibles les sommes astronomiques évoquées en permettant une transposition pour sa situation personnelle. Il ne faut pas considérer cet outil comme une recommandation de vote', explique le professeur Lukas Müller, concepteur du comparateur.

Selon lui, la décision de vote ne serait pas influencée que par le porte-monnaie. Ce n'est pas parce que le calculateur donne un résultat négatif que le citoyen rejettera la réforme. Certains peuvent estimer que c'est le prix à payer pour garantir la pérennité de la prévoyance vieillesse.

L'USAM ne calcule que les coûts

L'USAM, qui fait activement campagne contre la réforme, propose uniquement de calculer les coûts supplémentaires qu'elle engendrera pour l'employé et son employeur. 'Le simulateur de l'USAM donne des chiffres valides', juge Rolf Camenzind de l'OFAS. L'image est toutefois partielle, car aucune mention n'est faite de ce que la réforme pourrait apporter en retour.

Les deux autres simulateurs tentent de prendre en compte les effets de la révision sur les rentes. Ces derniers sont combinés aux coûts de la réforme pour fournir un bilan final positif ou négatif. Là aussi, les données de base varient. Le calculateur de Comparis tient compte du relèvement de l'âge de la retraite des femmes, celui de SRF pas.

Calcul individualisé nécessaire

Les concepteurs du calculateur de SRF sont bien conscients des limites de leur modèle. Ils précisent notamment que les chiffres indiqués ne sont pas valables pour les couples mariés ou les personnes qui n'ont pas cotisé pendant certaines années.

En ce qui concerne la prévoyance professionnelle, seul le régime obligatoire est inclus dans les calculs. Or, il ne concerne qu'une infime partie de la population. La plupart ont un régime plus généreux, qui varie d'ailleurs d'un employeur à l'autre.

Pour effectuer un calcul précis, il faudrait donc prendre en considération des critères multiples et hautement individuels. La tâche serait d'autant plus ardue pour les actifs les plus jeunes, car il est difficile d'anticiper un parcours professionnel. De plus, une nouvelle réforme sera probablement entrée en vigueur d'ici leur retraite.

Les Suisses se prononceront sur la réforme de la prévoyance vieillesse le 24 septembre. Son but principal est de consolider le financement des futures rentes. Pour ce faire, le projet prévoit, entre autres, une légère hausse de la TVA, le relèvement d'une année de l'âge de la retraite des femmes, 70 francs mensuels supplémentaires pour les rentes AVS mais aussi un abaissement du taux de conversion du 2e pilier.

/ATS
 

Actualités suivantes