Air-Glaciers et Air Zermatt se partageront le ciel valaisan

Air-Glaciers et Air Zermatt seront les seules compagnies à figurer dans le dispositif valaisan ...
Air-Glaciers et Air Zermatt se partageront le ciel valaisan

Air-Glaciers et Air Zermatt se partageront le ciel valaisan

Photo: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Air-Glaciers et Air Zermatt seront les seules compagnies à figurer dans le dispositif valaisan de sauvetage héliporté. La Rega et Héli-Alpes n'ont obtenu aucun mandat. Celles-ci se refusent pour l'heure à tout commentaire.

Il n'y aura pas de changement dans le secteur du sauvetage en Valais. Après avoir 'minutieusement' analysé les quatre dossiers de candidature, le conseil d’administration restreint de l’Organisation cantonale valaisanne des secours (OCVS) a annoncé mardi matin l'attribution des mandats à Air Zermatt pour le Haut-Valais et Air-Glaciers pour le Valais romand.

La répartition avec les deux compagnies actuelles offre 'une couverture satisfaisante, efficace et rationnelle' des besoins pour l'ensemble du canton, indique Fritz Anthamatten, président du conseil d'administration de l'OCVS, devant les médias réunis à Sierre. Une nouvelle évaluation du dispositif de sauvetage héliporté est prévue dans les cinq ou dix prochaines années.

'La décision de l’OCVS est pour nous un signe clair que nous avons suivi la bonne voie au cours des dernières décennies', estime Philipp Perren, président du conseil d'administration d'Air-Glaciers et d'Air Zermatt. Le sauvetage représente 50% des activités d'Air-Glaciers, relève Pierre Métrailler, responsable du service de sauvetage de la compagnie. 'C'est un soulagement de pouvoir continuer cette activité dans le Valais romand à partir de mai 2023', ajoute-t-il.

Contraint à un appel d'offres

Le dispositif valaisan de sauvetage héliporté était jusqu'ici déjà l'affaire d'Air-Glaciers et Air Zermatt. Mais en septembre 2020, le Tribunal fédéral a admis un recours de la société Héli-Alpes et a enjoint le canton d'organiser un appel d'offres pour attribuer les autorisations d'effectuer des vols de sauvetage.

Un appel d'offres qui a été lancé début 2022 par l'OCVS. Celle-ci a adressé un courrier à toutes les compagnies qu'elle a pu recenser en Suisse et quatre dossiers ont été déposés dans le délai imparti: Héli-Alpes avec la Rega, la Rega, Air-Glaciers et Air Zermatt. Seuls les dossiers des trois derniers acteurs remplissaient les critères d'éligibilité contenus dans le cahier des charges.

L'expérience et la couverture

Le sauvetage héliporté comporte toujours un risque mais celui-ci peut-être diminué avec des intervenants ayant engrangé beaucoup d'expérience, complète Fritz Anthamatten. Et la répartition sur deux compagnies permet 'd'assurer le volume d'interventions nécessaire à garantir un haut niveau de sécurité'.

Il n'y a pas de favoritisme valaisan, ajoute encore l'organisation, mais dans son dossier, la Rega met à disposition un seul hélicoptère. Son appareil est basé à Sion. 'Il n'entre donc pas en compte' pour le sauvetage dans le Haut-Valais pour des raisons géographiques et n'est pas suffisant pour 'couvrir les besoins' - deux appareils en très haute saison d'hiver - dans le Valais romand, argumente Fritz Anthamatten.

Dans cette région du canton, le dispositif aurait dû dans tous les cas être complété par Air-Glaciers 'tant du point de vue du nombre d'appareils à disposition que de la couverture géographique en très haute saison'. Mais une multiplication d'acteurs n'est pas souhaitable car elle 'complexifierait le dispositif en matière de sécurité, de qualité et de travail administratif', estime l'OCVS. Mais surtout: 'l'ajout d'une compagnie n'apporte aucune plus-value pour les patients', tranche-t-elle.

Autorisations manquantes

Quant au quatrième dossier déposé conjointement par la société Héli-Alpes et la Rega, il ne remplissait pas les critères d'éligibilité, note Pierre Turini, vice-président du conseil d'administration de l'OCVS. Il manquait notamment des autorisations de vols dans les autres cantons et à l'étranger.

La décision de l'OCVS pourrait encore faire l'objet d'un recours. Contactées par Keystone-ATS, Héli-Alpes et la Rega ne commentent pas ce choix de statu quo. 'Nous attendons de recevoir officiellement la décision avant de réagir', indique Francis Sermier de la société Héli-Alpes.

De son côté, la Rega souligne que cette décision 'n'a aucune influence sur son dispositif de base existant'. La compagnie stationne en effet un hélicoptère de sauvetage sur le tarmac à Sion, dans le hangar de la société Héli-Alpes, voisin des locaux d'Air-Glaciers. L'appareil 'renforce son dispositif national de sauvetage sur le canton de Vaud et à l’ouest de l’Oberland bernois'.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus