Alexei Navalny accuse le Ministère public de la Confédération

L'opposant russe Alexei Navalny critique le Ministère public de la Confédération (MPC) dans ...
Alexei Navalny accuse le Ministère public de la Confédération

Alexei Navalny accuse le Ministère public de la Confédération

Photo: KEYSTONE/AP/DMITRI LOVETSKY

L'opposant russe Alexei Navalny critique le Ministère public de la Confédération (MPC) dans une interview avec la SonntagsZeitung. Ces dernières années, le MPC a eu des contacts étroits et privés avec des représentants du Ministère public russe.

Cela a entravé, voire empêché d'importantes enquêtes sur des cas présumés de blanchiment d'argent en Suisse, accuse M. Navalny. Il cite un voyage en bateau du procureur de la Confédération Michael Lauber impliquant un ancien expert de la Russie de la police fédérale.

Le haut fonctionnaire suisse aurait aussi accepté une invitation à une partie de chasse d'un ancien procureur russe, ce qui aurait eu pour conséquence sa condamnation à des jours-amendes avec sursis. L'intéressé a fait recours et l'audience se tient mardi.

Corruption?

Selon l'opposant russe, rien ne s'opposait à des échanges de lettres ou de courriels ou à des contacts personnels, mais pas lors d'une partie de chasse. Il y voit nettement de la corruption.

La plupart des affaires en Suisse impliquant des citoyens russes ou ouzbèkes ont été classées ou on les a laissé traîner, selon lui. Celui qui prétend que des contacts personnels sont nécessaires à l'avancement d'enquêtes méconnaît les us et coutumes en Russie: 'Quand vous allez chasser en Russie avec la justice ou le gouvernement, il s'agit d'affaires douteuses', dit Alexei Navalny.

Ce dernier critique vivement le MPC concernant Artiom Tchaïka, fils du procureur général de Russie Youri Yakovlevitch Tchaïka. Il y a quelques années, Artiom Tchaïka est venu à Genève avec 2 millions de dollars. Personne n'a alors posé de question, alors que les médias s'étaient fait l'écho peu avant de magouilles et d'une mort mystérieuse.

Alexei Navalny dit avoir attiré l'attention du MPC et espéré l'ouverture d'une enquête. La réponse a été qu'une enquête ne serait pas ouverte et qu'il n'y avait pas besoin de nouveaux documents. 'C'était frustrant et cela nous a fait beaucoup de tort', dit l'opposant.

Le MPC dément

Interrogé par le journal, le MPC réfute l'accusation selon laquelle des affaires ont été classées par égard pour la partie russe. Dans le cas d'Artiom Tchaïka, l'Office fédéral de la police a investigué, mais n'a pas trouvé d'indices de blanchiment d'argent ni d'origine criminelle de l'argent.

/ATS
 

Actualités suivantes