CHUV: un test très simple pour détecter l'apnée du sommeil

Le CHUV à Lausanne a mis au point un test particulièrement fiable pour détecter l'apnée du ...
CHUV: un test très simple pour détecter l'apnée du sommeil

CHUV: un test très simple pour détecter l'apnée du sommeil

Photo: Keystone

Le CHUV à Lausanne a mis au point un test particulièrement fiable pour détecter l'apnée du sommeil. Ce questionnaire simple, également disponible sur une application, permet d'éviter, dans un premier temps, des examens diagnostiques coûteux et fastidieux.

Le test a été mis au point par le Centre d'investigation et de recherche sur le sommeil de l'hôpital universitaire de Lausanne (CHUV), sous la direction du Dr Raphaël Heinzer. Ses résultats ont été validés scientifiquement par une étude publiée vendredi dans The Lancet Respiratory Medicine, relève le CHUV dans son communiqué.

L'intérêt du test est de permettre de déterminer plus facilement qui est à risque de souffrir d'apnées du sommeil. Baptisé 'NoSAS', le questionnaire porte sur cinq facteurs de risque: tour de cou supérieur à 40 centimètres, indice de masse corporelle dépassant 25, sexe masculin, âgé de 55 ans et plus et personne sujette aux ronflements.

Pour chacun de ces paramètres, des points sont attribués. Si le total reste en dessous de huit points, le risque d'apnée du sommeil peut être exclu avec une certitude variant de 90% à 98%. A partir de huit points, des enregistrements nocturnes de la respiration et du sommeil sont nécessaires pour confirmer le diagnostic.

Stress majeur

Selon les données épidémiologiques les plus récentes, 49% des hommes et 23% des femmes de plus de 40 ans souffrent de ce syndrome. Beaucoup d'entre eux ne sont ni diagnostiqués ni traités. Grâce au questionnaire, les patients et leurs médecins disposeront désormais d'un score clinique fiable pour décider si un enregistrement du sommeil est nécessaire.

Très fréquente, la maladie est due à la fermeture répétée de la gorge pendant le sommeil. Elle provoque une perturbation de la qualité du sommeil et par conséquent des endormissements pendant la journée.

La multiplication des arrêts respiratoires et de la baisse du taux d'oxygène représente un stress majeur pour le coeur et le cerveau. Les patients qui souffrent d'apnées du sommeil non traitées ont deux à trois fois plus de risques de développer un accident cardio-vasculaire cérébral. Ils ont également trois plus de risque de développer une hypertension artérielle.

Groupe témoin

Pour mettre au point le score 'NoSAS', le CHUV s'est basé sur l'analyse statistique rigoureuse des données de la cohorte lausannoise du sommeil HypnoLaus. Ce groupe témoin est constitué de plus de 2000 personnes de 40 à 80 ans prises au hasard qui ont accepté d'enregistrer leur sommeil.

L'échelle pour mesurer le risque d'apnée a pu être testée sur un autre groupe de personnes d'un autre continent (Sao Paulo), avec d'excellents résultats. Cela suggère qu'il peut être utilisé dans différentes parties du monde.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes