Cercle vertueux entre les arbres et les champignons mis à mal

La pollution atmosphérique met sous pression les champignons qui fournissent des nutriments ...
Cercle vertueux entre les arbres et les champignons mis à mal

Cercle vertueux entre les arbres et les champignons mis à mal

Photo: KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA BELLA

La pollution atmosphérique met sous pression les champignons qui fournissent des nutriments aux arbres des forêts. Fort de ce constat, des scientifiques estiment que les seuils limites de pollution en azote doivent être abaissés.

Les chercheurs ont passé en revue 137 sites, dont cinq suisses, et se sont penchés sur la tolérance à la pollution atmosphérique des champignons du sol, indique dans un communiqué diffusé jeudi l'Institut fédéral de recherches (WSL), qui a pris part à cette étude mondiale dirigée par l'Imperia College London en Grande-Bretagne. Les résultats ont été publiés dans la revue Nature.

L'étude s'est concentrée sur les champignons dits mycorhiziens. Ces eucaryotes apportent des nutriments aux arbres. Ces derniers lui donnent des sucres en échange. Parmi les champignons mycorhiziens les plus connus par les mycophiles avertis figurent les cèpes et les truffes.

Les scientifiques ont pu constater que le climat et les apports d’azote, provenant entre autres de l’agriculture et des combustibles fossiles, ont le plus grand impact sur les champignons. Ces apports peuvent nuire aux champignons et par ricochet à la nutrition minérale et donc à la santé des arbres.

'Un résultat important de ces recherches: les seuils européens de pollution de l’air sont certainement beaucoup trop élevés', explique Martin Bidartondo, responsable de l’étude à l’Imperial College London, cité dans le communiqué.

La Suisse à la limite

Ces résultats ont une grande importance pour les forêts suisses aussi: les apports d’azote ont nettement augmenté depuis les années 1950. De nos jours, ils s’élèvent encore à 20 kg par an par hectare dans de larges régions du Plateau. Cette mesure correspond à la limite supérieure des apports annuels d’azote fixée dans la Convention de la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe (CEE-ONU) sur la pollution atmosphérique transfrontière à longue distance.

/ATS
 

Actualités suivantes