Christian Levrat dit non à la burqa et à l'initiative de l'UDC

La présidence du PS, réunie mercredi pour débattre de l'actualité, n'a pas clarifié la position ...
Christian Levrat dit non à la burqa et à l'initiative de l'UDC

Christian Levrat dit non à la burqa et à l'initiative de l'UDC

Photo: Keystone

La présidence du PS, réunie mercredi pour débattre de l'actualité, n'a pas clarifié la position du parti sur le port de la burqa. Pour le président du Parti socialiste Christian Levrat, l'initiative du comité d'Egerkingen ne fera pas disparaître ces voiles intégraux.

Le thème a créé la polémique à gauche après les propos d'abord du ministre zurichois Mario Fehr suivis dimanche par ceux du conseiller d'Etat vaudois Pierre-Yves Maillard. Pour eux, la burqa n'a pas sa place en Suisse.

Selon le PS, il n'y a pas nécessité de clarifier la question à ce stade, selon le porte-parole du parti Michael Sorg. L'initiative n'en est qu'au stade de la récolte de signatures et le débat est parti pour durer des années.

Cela n'a pas empêché le président de la formation Christian Levrat de s'exprimer sur la question mercredi dans La Liberté. Pour le Fribourgeois, 'la burqa, comme le niqab, sont un peu des prisons mobiles pour femmes'. 'Nous devons travailler à les faire disparaître'.

Mais ce n'est pas à coups d'initiatives populistes qu'on arrivera à sensibiliser les femmes concernées. 'Il vaut mieux miser sur l'éducation et l'accompagnement', souligne le président. C'est pourquoi en l'état, 'nous disons non à la burqa, mais aussi non à l'initiative populaire' du comité d'Egerkingen, proche de l'UDC.

Il rappelle que ce sont les cantons qui détiennent la compétence en matière de religion, 'il faut la leur laisser. C'est à eux de décider s'ils désirent légiférer en fonction de leur sensibilité'.

Or ils peuvent déjà agir de leur propre chef, comme l'a d'ailleurs déjà fait le Tessin. 'Le rapport à la religion n'est pas forcément le même à Fribourg et Genève'.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus