De Quattro: « pas de femme PLR au Conseil fédéral depuis 28 ans »

'Depuis 28 ans, il n'y a plus de femme PLR au Conseil fédéral. Il nous paraît légitime de proposer ...
De Quattro: « pas de femme PLR au Conseil fédéral depuis 28 ans »

'Depuis 28 ans, il n'y a plus de femme PLR au Conseil fédéral. Il nous paraît légitime de proposer qu'il y ait un ticket double devant le Parlement, avec un homme et une femme. Qu'elle soit tessinoise ou romande, ce n'est pas déterminant', selon Jacqueline de Quattro.

La conseillère d'Etat vaudoise a déclaré mercredi à l'ats qu'elle était bien candidate à la candidature dans la course à la succession du conseiller fédéral Didier Burkhalter. Elle a signalé son intérêt auprès du PLR vaudois. Ce dernier se prononcera le 10 août.

Carte femme

La Vaudoise, qui a présidé les Femmes PLR suisses, joue la carte femme. Le Tessin n'est pas représenté depuis une vingtaine d'années. Mais cela fait plus longtemps, près de 30 ans, que les femmes PLR ne sont plus présentes au Conseil fédéral. La dernière, et la seule, a été Elisabeth Kopp qui a 'été remerciée de manière assez détestable'.

Il n'y aura pas de combat entre elle et la conseillère nationale Isabelle Moret, qui réfléchit à une candidature. Le parti cantonal décidera. 'Nous avons convenu que celle qui sera choisie sera soutenue par l'autre. Nous n'avons pas l'intention de nous combattre. Nous avons toujours été solidaires. Nous nous engageons pour le canton et pour la cause des femmes', a ajouté Mme de Quattro.

Contact régulier

'Il est possible que nous soyons toutes les deux candidates. Il faudra alors que nous en discutions. Nous sommes en contact régulier', a-t-elle précisé. Idem si la Tessinoise Laura Sadis est sur les rangs. 'Le but est de soutenir celle qui se lance. Ce qui m'importe le plus, c'est qu'il y ait une femme sur ce ticket'.

Pour l'heure, côté vaudois, seul le conseiller aux Etats Olivier Français a fait savoir qu'il était à disposition. La procédure de candidature interne est en cours. 'Elle est censée se faire sans trop de commentaires publics, c'est pourquoi je n'ai pas répondu aux sollicitations jusqu'ici', a-t-elle indiqué à l'ats depuis les Grisons, où elle passe des vacances.

Deux Vaudois

Avec Guy Parmelin, Vaud possède déjà un conseiller fédéral. Le canton peut-il en avoir deux ? 'Pour le parti, ce n'est pas rédhibitoire. Il y a deux Bernois, il y a eu deux Zurichois. Mais ce n'est certainement pas un avantage, nous en sommes conscients'.

A ses yeux, 'la légitimité du Tessin est bien réelle. Mais la Suisse romande avait un siège PLR jusqu'à présent. Il lui appartient de montrer qu'elle a des personnalités, des hommes et des femmes de qualité qui remplissent le cahier des charges émis par le parti suisse'.

Servir son pays

Sur le fond, après dix ans d'engagement au niveau cantonal, Jacqueline de Quattro a envie de servir son pays au niveau national. 'Je serai heureuse d'y apporter mon expérience gouvernementale et mes compétences. Je suis une Vaudoise née à Zurich, avec de la famille dans les Grisons et des racines en Suisse alémanique. Je me sens 'Eidgenossin' - Confédérée - ', confie-t-elle.

Trilingue - français, allemand et italien -, Jacqueline de Quattro dispose des passeports suisse et italien. 'Le passeport italien est un passeport acquis par mariage. Ce ne sont pas mes racines, mais je me suis attachée à ce pays que je connais bien'. Si un conseiller fédéral binational est inacceptable aux yeux du Parlement, elle est prête à y renoncer.

Jacqueline de Quattro se dit 'en phase' avec son parti sur la question européenne. Elle est 'très attachée' aux bilatérales, mais la question d'une adhésion n'est plus du tout d'actualité.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus