Déclaration de Lausanne sur le climat et plus de 2500 manifestants

Lausanne aura vécu une semaine à l'enseigne de la lutte contre le dérèglement climatique. Marqué ...
Déclaration de Lausanne sur le climat et plus de 2500 manifestants

Déclaration de Lausanne sur le climat et plus de 2500 manifestants

Photo: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Lausanne aura vécu une semaine à l'enseigne de la lutte contre le dérèglement climatique. Marqué par la présence de Greta Thunberg, le Sommet Smile For Future s'est achevé avec l'adoption d'une déclaration, avant que plus de 2500 militants manifestent.

Réunis depuis lundi à l'Université de Lausanne (UNIL), plus de 400 militants pour le climat ont achevé vendredi 'une semaine intense'. Lors d'une conférence de presse, ils ont affirmé que, malgré leurs différences (38 pays et 29 langues), ils partagent les mêmes préoccupations, buts et valeurs.

Changer le monde

'La crise climatique ne connaît pas de frontière, et nous n'ont plus. Ensemble, nous allons changer ce monde et le rendre meilleur. Pour nous et pour toutes les générations à venir', ont assuré les grévistes du climat dans leur Déclaration de Lausanne de sept pages.

Trois demandes essentielles se dégagent des travaux. Il faut assurer la justice climatique et l'équité, maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5 degré par rapport aux niveaux préindustriels et écouter les meilleurs travaux scientifiques disponibles.

Experts et militants

Sur l'estrade à l'Université de Lausanne, plusieurs militants ont pris la parole. Tous ont martelé avoir trouvé force et motivation durant cette semaine de discussions, d'ateliers et de partages. Au-delà des particularités de chacun.

Cela me donne de l'espoir, cela renforce ma motivation, cela accroît ma volonté, ont souligné les jeunes activistes. Parmi eux, le climatologue belge et ancien vice-président du GIEC, Jean-Pascal van Ypersele, a relevé à quel point les experts ont besoin de cette détermination de la jeunesse.

Bain de jouvence

Chaque rapport du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) veut servir de 'réveil'. Mais un rapport, c'est facile de le ranger dans un tiroir. Avec la mobilisation des jeunes, ce n'est plus possible, s'est félicité le scientifique.

Même si la semaine à Lausanne et à Genève a été éprouvante, 'c'est un bain de jouvence. Je me sens plein d'énergie', a lancé Jean-Pascal van Ypersele. Il a remercié vivement les participants au sommet, affirmant que cela lui donnait beaucoup d'espoir pour le futur.

Manifs dans le monde

Pour se faire vraiment entendre des responsables politiques du monde entier, les militants ont annoncé la plus importante grève pour le climat de l'histoire. Les actions se dérouleront en lien avec le Sommet de l'ONU sur le climat à New York, entre le 20 et le 27 septembre.

En Suisse, elles auront lieu le vendredi 27 dans les villes. Un rassemblement général et national suivra le samedi 28 à Berne.

Plus de 2500 militants

Avant ces rendez-vous, les militants pour le climat ont montré qu'ils pouvaient se mobiliser même en période de vacances.

Plus de 2500 personnes, selon la police, ont défilé vendredi après-midi à Lausanne contre le dérèglement climatique. Partis de la place de la Gare, ils se sont dirigés sous un soleil de plomb vers Vidy, au bord du lac.

'Nous sommes inarrêtables'

'Notre terre, notre responsabilité', 'Grève pour le climat', 'Il n'y a pas de planète B', pouvait-on lire notamment sur les banderoles et pancartes. D'autres manifestants ont lancé des slogans anti-capitalistes, alors certains scandaient: 'Nous sommes inarrêtables, un autre monde est possible'.

Invitée vedette de la semaine à Lausanne, la militante suédoise de 16 ans Greta Thunberg était présente à la place de de la Gare. Elle doit repartir rapidement pour poursuivre son combat contre le réchauffement climatique. Elle est attendue, entre autres, le 23 septembre à New York pour le Sommet de l'ONU sur le climat.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus