Des chercheurs préviennent la schizophrénie chez des souris

Des chercheurs bâlois sont parvenus à empêcher le développement de la schizophrénie chez des ...
Des chercheurs préviennent la schizophrénie chez des souris

Des chercheurs préviennent la schizophrénie chez des souris

Photo: KEYSTONE/GAETAN BALLY

Des chercheurs bâlois sont parvenus à empêcher le développement de la schizophrénie chez des souris prédisposées, en administrant un traitement à un moment clé du développement du cerveau. Leur méthode pourrait servir de base au développement de nouvelles thérapies.

Les symptômes de la schizophrénie se déclarent en général lors de la période de transition entre l'adolescence et l'âge adulte. Les causes de ce trouble mental sont à la fois environnementales - problèmes durant la naissance, facteurs psychosociaux, stress, consommation de cannabis pendant l'adolescence - et génétiques - dans la plupart des cas, nombreuses mutations de gènes qui contribuent toutes un petit peu à la maladie.

Les traitements actuels ciblent les symptômes et consistent souvent en des antipsychotiques. Des scientifiques de l'Institut Friedrich Miescher (FMI), à Bâle, ont eux cherché à s'attaquer aux facteurs génétiques, ont-ils expliqué vendredi dans un communiqué. Pour cela, ils ont développé des souris porteuses du syndrome 22Q11DS, qui résulte de délétions sur un segment du chromosome 22, soit des pertes de fragments d'ADN. Les individus affectés ont 20 à 30 fois plus de risques de devenir schizophrènes.

Neurones dysfonctionnels

En étudiant ces rongeurs, les chercheurs ont tout d'abord pu constater que ce qui était vrai pour les humains l'était aussi pour les souris: les dysfonctionnements cognitifs et des réseaux neuronaux émergent vers la fin de l'adolescence. Comme les patients humains, les souris ont montré des dysfonctionnements profonds dans un type particulier de neurones appelés neurones à parvalbumine, qui sont d'importants orchestrateurs des réseaux neuronaux.

Les scientifiques ont observé que les neurones à parvalbumine dysfonctionnels ne se propageaient que dans le cerveau des souris adultes, mais qu'ils étaient déjà présents dans l'hippocampe des rongeurs adolescents. Ils ont alors voulu savoir si l'utilisation d'antipsychotiques - qui suppriment temporairement les déficits neuronaux et cognitifs - durant la phase de transition pouvait empêcher la schizophrénie de survenir. La réponse est oui.

Fenêtre de tir réduite

Les chercheurs ont ciblé pendant 6 à 10 jours le réseau de neurones à parvalbumine de l'hippocampe de souris en fin d'adolescence avec des antipsychotiques classiques ou des activateurs génétiques plus spécifiques. Ils ont réussi à prévenir complètement et de manière durable des dysfonctionnements neuronaux ainsi que des déficits cognitifs chez les rongeurs adultes. Ces résultats ont été publiés jeudi dans la revue Cell.

'Nos conclusions appuient l'hypothèse selon laquelle l'apparition de la schizophrénie est influencée par une phase critique de développement (du cerveau) entre la fin de l'adolescence et l'âge adulte et qu'il est possible de prévenir la progression de la maladie à l'aide d'un traitement pendant cette période', indique le chef de projet Pico Caroni. 'Il pourrait être possible de s'appuyer sur cette étude pour développer des stratégies thérapeutiques visant à prévenir l'apparition de la schizophrénie chez les personnes à risque.'

Une personne sur cent touchée

La schizophrénie touche 1% de la population mondiale. Elle est considérée comme une maladie mentale et se caractérise par des pensées désorganisées, des croyances erronées, des problèmes relationnels, des déficits cognitifs, un comportement moteur anormal ainsi que par des difficultés à gérer ses émotions et sa motivation.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus