Des soins individualisés pour des rescapés genevois du Covid-19

Même guéries, certaines personnes infectées par le Covid-19 peinent à recouvrer leurs capacités ...
Des soins individualisés pour des rescapés genevois du Covid-19

Des soins individualisés pour des rescapés genevois du Covid-19

Photo: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Même guéries, certaines personnes infectées par le Covid-19 peinent à recouvrer leurs capacités. Le virus peut laisser des séquelles importantes. L'institution genevoise de maintien à domicile (imad) leur vient en aide grâce à un nouveau dispositif.

Les gens âgés qui ont été contaminés par le Covid-19 souffrent souvent d'une grosse fatigue, de dénutrition, d'anorexie. Pour quelques uns, la maladie se traduit par une perte totale de l'odorat et du goût et donc d'une perte d'appétit, relève la directrice générale d'imad Marie Da Roxa. Ces personnes ont besoin d'une prise en charge spécifique et individualisée.

Depuis lundi, une équipe d'une vingtaine de professionels de la santé d'imad coordonnent les soins nécessaires à la réadaptation de ces anciens malades dans le cadre du dispositif appelé Covimad. Ce personnel agit avec le concours de physiothérapeutes, d'ergothérapeutes et de diététiciens. Le médecin traitant du patient est aussi étroitement associé aux soins.

L'imad est fortement mise à contribution par la crise sanitaire causée par la pandémie de Covid-19. Les personnes âgées, qui représentent une large part des patients de l'institution, appartiennent en effet à une catégorie de la population particulièrement vulnérable au nouveau coronavirus.

Apprendre à vivre avec

'Pour nous, tout est pareil et plus rien n'est pareil', résume Mme Da Roxa, citant l'une de ses collaboratrices. Le nombre de repas qui sont livrés à domicile par l'imad a, par exemple, explosé. L'ennemi invisible oblige également le personnel soignant à prendre toute une série de précautions.

Quand l'infirmière se rend chez un patient souffrant du Covid-19, elle doit bien entendu s'équiper de pied en cap, en enfilant un masque, des gants, une blouse. Aller au front comporte inévitablement des risques. Actuellement, 'nous comptons 25 collaborateurs contaminés', indique Mme Da Roxa.

Une cinquantaine de collaborateurs infectés par le Covid-19 au commencement de la pandémie sont aujourd'hui guéris. Pour Mme Da Roxa, il faudra vivre avec le virus encore un moment, peut-être une année, peut-être moins si un vaccin est découvert entretemps. L'imad emploie au total 2293 personnes, dont 90% travaillent sur le terrain.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus