Deux frères tessinois tombent sur une ruine de valeur

En achetant il y a deux ans un terrain de quinze hectares pour y faire paître leur bétail, ...
Deux frères tessinois tombent sur une ruine de valeur

Deux frères tessinois tombent sur une ruine de valeur

Photo: Keystone/DAVIDE AGOSTA

En achetant il y a deux ans un terrain de quinze hectares pour y faire paître leur bétail, les frères Cereghetti ont eu la main heureuse. Ils y ont découvert les ruines d’une demeure bourgeoise construite en 1768 par un architecte local, mais aussi réputé en Italie.

'Dès que j’ai vu les restes de l’édifice, j’ai compris qu’il s’agissait d’une construction unique en son genre, exceptionnelle pour l’époque et j’ai voulu en savoir plus', raconte Luca, étudiant en histoire de 25 ans à l’Université de Fribourg, à Keystone-ATS.

Cet édifice se trouve à 1000 mètres d'altitude sur l’Alpe dite de 'Pianspessa' au pied du Monte Generoso, territoire de la commune de Breggia, une zone inscrite à l’inventaire fédéral des paysages. Le corps principal, de style lombard, est formé de trois bâtisses de deux étages en forme de L et reliées par une enfilade.

Un peu en retrait, se trouve une étable et juste derrière la 'nevèra', soit une construction qui ressemble un peu à un igloo. En hiver, remplie de neige tassée et recouverte de feuilles, elle était utilisée comme un réfrigérateur: 'on y gardait le lait et le fromage au frais', explique Luca.

A l’entrée du terrain, un peu cachée par de grands arbres feuillus, une tour de pierre bien conservée, le 'roccolo', autrefois entourée par une couronne d’arbres cachant des filets: 'du haut de cette tour on attirait les oiseaux de passage afin de les capturer... et de les cuisiner', raconte Luca.

Résidence d’été des Cantoni

Fort de sa formation d’historien, Luca Cereghetti a signalé l’importance de sa découverte à l’office des biens culturels du canton du Tessin. Remontant la filière de la communauté héréditaire qui avait vendu le terrain, Luca apprend que l’architecte qui a construit 'Pianspessa' n’est autre que Simone Cantoni, né à Muggio, petit village accroché sur les pentes du Monte Generoso.

'Simone Cantoni était issu d’une famille d’architectes réputés. Selon les lettres que j’ai trouvées aux archives cantonales de Bellinzone, l’édifice serait en fait le premier qu’il a réalisé avant de signer de grandes œuvres en Italie. Très vraisemblablement il s’agissait là d’un domaine familial utilisé comme résidence secondaire par la famille Cantoni durant l’été ou en automne pour y pratiquer la chasse.'

Refuge de campagne de la famille Cantoni immergé dans une nature idyllique, le domaine de Pianspessa aurait été aussi un important centre agricole exploité d’abord à l’année puis seulement comme alpage pendant l’été.

'Peu avant que nous rachetions le terrain, un octogénaire de Muggio y passait encore l’été avec ses vaches dans des conditions précaires. Le propriétaire lui avait donc signifié son congé pour des raisons de sécurité: il a eu du mal à avaler la pilule', confie Luca.

Optimisme et soutien

Le projet des deux frères Cereghetti est devisé à quatre millions et demi de francs. 'Nous avons soumis un document avec les points d’intervention et les devis précis au canton et nous espérons une réponse d’ici la fin de l’année', poursuit Luca.

'Notre idée est de valoriser toute la structure et de la transformer en centre agritouristique avec atelier et bibliothèque'. Les deux frères veulent encore aménager les accès routier et pédestre au site, reconstituer les murs en pierres sèches et les allées boisées.

'Pour l’heure, nous sécurisons tout le complexe dans une première intervention, devisée à 150'000 francs et qui est en cours de réalisation.' Elle sera financée à 50% par le canton. 'Nous avons aussi demandé l’aide de la Confédération et de la commune de Breggia', a-t-il relevé. Et l'étudiant de préciser qu'une récolte de fonds auprès de personnes privées est également en cours.

Luca et Samuel sont optimistes: l’architecte a déjà été choisi, de même que l’entreprise de construction, et les entrepreneurs en herbe sont soutenus par leurs parents Marina et Franco. 'Nous sommes jeunes, nous avons le temps', conclut philosophiquement Luca.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus