Dimanche 15 novembre 2015

Interviews, analyses et reportages sur les attentats de Paris et ses conséquences pour la Suisse ...
Dimanche 15 novembre 2015

Dimanche 15 novembre 2015

Photo: Keystone

Interviews, analyses et reportages sur les attentats de Paris et ses conséquences pour la Suisse dominaient la presse dominicale. Pour le reste du contenu, les journaux étaient plus hétérogènes. Voici les principaux titres des hebdomadaires:

Le Matin Dimanche: Les conducteurs des trains régionaux ne seront bientôt plus les seuls à être abandonnés à leur sort la nuit. Dès l'an prochain, les contrôleurs des grandes lignes de Suisse ne pourront plus compter sur la présence dissuasive de deux agents de sécurité sur les parcours sensibles. Les CFF leur ont annoncé la nouvelle mercredi par courrier. 'Nous sommes surpris, surtout que les CFF avaient dit que les économies n’impacteraient pas la sécurité', s'offusque Pascal Fiscalini, vice-président du syndicat des agents de train (ZPV), interrogé par Le Matin Dimanche. Nous craignons que les agressions n’augmentent. Non seulement pour le personnel mais aussi pour les passagers.' Le syndicat compte écrire à son employeur pour le convaincre de faire machine arrière.

Le Matin Dimanche: Victime des changements structurels au sein du secteur, surendettée, la banque zurichoise Hottinger & Cie a mis la clef sous la porte fin octobre. Jan Langlo, directeur de l'Association suisse des banquiers privés (ABPS), ne croit pas à un effet domino pour les petites banques privées. 'Je ne crois pas à l'effet Hottinger, pas plus que je ne crois à la théorie de la masse critique selon laquelle une banque privée qui aurait moins de 10 milliards de fonds sous gestion est condamnée', affirme-t-il dans Le Matin Dimanche. 'La diversité de nos membres le prouve d'ailleurs', on y voit 'nombre de petits établissements bancaires se porter très bien'. La banque Hottinger a été mise en liquidation par l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA).

Le Matin Dimanche: Le conseiller d'Etat genevois en charge de la sécurité, Pierre Maudet, pointe les limites actuelles du système fédéral de l'alerte enlèvement des mineurs. En Suisse, le dispositif n'a jamais été activé en cinq ans d'existence, alors que la Fondation Missing Children Switzerland estime que 25'000 mineurs fuguent chaque année. 'La diminution de la violence contre les mineurs, que nous avons observée ces dix dernières années, est peut-être un élément de réponse', avance M. Maudet, interrogé par Le Matin Dimanche. 'Mais ce sont également les critères extrêmement contraignants que l'on s’est fixés en Suisse qui peut en partie expliquer la raison pour laquelle elle n'a pas été activée au moins une fois dans notre pays', poursuit-il.

SonntagsZeitung: Le secrétaire d'Etat aux migrations Mario Gattiker réagit aux craintes d'accueillir des terroristes parmi les requérants entrant en Suisse. 'Tous les demandeurs d'asile transférés aux cantons sont enregistrés et identifiés', assure-t-il dans la SonntagsZeitung. Les autorités examinent tout ce qui leur est possible d'examiner, ajoute M. Gattiker, répondant à la question de savoir si l'on peut être certain de ne pas donner asile à des terroristes. Les dossiers délicats sont transmis au Service de renseignement de la Confédération pour analyse. 'Mais on ne peut pas faire la lumière sur l'entier du passé des demandeurs d'asile', souligne-t-il.

SonntagsZeitung/NZZ am Sonntag: Bien que les auteurs des attentats de Paris qui ont fait au moins 129 morts vendredi soir n'aient pas encore pu être identifiés, la communauté internationale se demande déjà s'il y a des personnes en lien avec ces actes terroristes parmi les centaines de milliers de réfugiés. Pour le conseiller fédéral Ueli Maurer, interrogé par la SonntagsZeitung et la NZZ am Sonntag, ce danger existe bel et bien. On peut imaginer que des individus ou de petits groupes sont entrés sur le territoire, affirme-t-il. Les potentielles 'cellules dormantes qui vivraient parmi nous représentent le plus gros danger, car il n'existe pratiquement pas d'informations sur de telles personnes'.

Schweiz am Sonntag: D'après le Prix Nobel de la Paix Mohammed el-Baradei, la Suisse, en se joignant à d'autres pays neutres, 'comme l'Autriche ou la Suède', pourrait fortement contribuer à trouver une solution à la guerre en Syrie. Une telle union pourrait organiser une grande conférence internationale sur le Moyen-Orient avec tous les acteurs du conflit, indique M. el-Baradei dans la Schweiz am Sonntag. Les multiples ramifications de ce conflit et thèmes liés - Syrie, Libye, Yémen, Palestine, etc. - doivent être abordés, ajoute-t-il. 'La Suisse est l'un des pays qui font encore figure d'intermédiare crédible', car elle ne fait pas partie d'une alliance militaire et n'est pas impliquée au Moyen-Orient.

NZZ am Sonntag: La conseillère nationale Kathy Riklin (PDC/ZH) se porte candidate au sein de son groupe parlementaire pour le poste de 2e vice-présidente de la Chambre du peuple, indique la NZZ am Sonntag. Selon le principe de la rotation interpartis, elle deviendrait ainsi présidente du Conseil national en 2018. D'après l'hebdomadaire, toutefois, d'autres membres du groupe parlementaire s'intéressent aussi au poste. Le choix d'une candidature doit tomber en fin de semaine prochaine.

SonntagsBlick: Environ 1,1 million de personnes se sentent stressées en Suisse, soit 22,5% de la population, relate le SonntagsBlick en se fondant sur un sondage de Promotion Santé Suisse. La tendance est à la hausse. Parmi les causes les plus récurrentes de ce stress, une surcharge au travail, une pression excessive ou les conflits avec les collègues de travail, liste la fondation. Thomas Mattig, directeur de Promotion Santé Suisse, appelle les entreprises à créer de meilleures conditions de travail pour leurs employés. Ce qui conduit en fin de compte, assure-t-il, à réaliser des économies.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes