EPFZ: la naturalisation est un catalyseur d'intégration économique

Les étrangers qui décrochent le passeport suisse gagnent, 15 ans après, 5000 francs de plus ...
EPFZ: la naturalisation est un catalyseur d'intégration économique

EPFZ: la naturalisation est un catalyseur d'intégration économique

Photo: KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

Les étrangers qui décrochent le passeport suisse gagnent, 15 ans après, 5000 francs de plus par an que ceux qui ne l'ont pas obtenu. C'est ce qu'indique une étude de chercheurs suisses et américains publiée dans la revue Science Advances.

Ces chiffres démontrent que la naturalisation agit comme un catalyseur d'intégration économique sur le long terme, explique l'un des auteurs, Dominik Hangartner, professeur d'analyse politique à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), cité jeudi dans un communiqué.

Avec des confrères de l'Université de Stanford (USA), les chercheurs ont comparé les étrangers ayant obtenu une très faible majorité de 'oui' à ceux ayant échoué à seulement quelques voix, cela afin d'avoir un échantillon homogène. Résultat: 15 ans après, les naturalisés gagnaient en moyenne 13,5% de plus par an que leurs pairs non naturalisés, soit environ 5000 francs.

Les chercheurs ont profité d'une particularité qui avait fait grand bruit: ils ont étudié 4000 candidats à la naturalisation de 1970 à 2003, époque à laquelle la procédure passait encore dans certaines communes par un vote à bulletins secrets. Les données utilisées émanaient de l'AVS et de l'administration fiscale.

Un autre indice de l'effet bénéfique du passeport sur l'intégration est que l'augmentation de revenus est particulièrement importante chez les étrangers les plus marginalisés: ceux qui gagnent le moins, et ceux qui venaient de Turquie et d'ex-Yougoslavie. Pour ces derniers, 15 ans après, la différence est de 10'000 francs par an.

Selon les auteurs, ces résultats s'expliquent vraisemblablement par le fait que les employeurs sont plus enclins à engager une personne disposant d'un passeport suisse. La procédure étant longue et coûteuse, cela témoigne de la volonté des intéressés de s'intégrer.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus