Egalité, juges étrangers, armes et PC au menu des parlementaires

Les parlementaires fédéraux ont repris lundi le chemin de Berne pour la session d'été. Egalité ...
Egalité, juges étrangers, armes et PC au menu des parlementaires

Egalité, juges étrangers, armes et PC au menu des parlementaires

Photo: KEYSTONE/GAETAN BALLY

Les parlementaires fédéraux ont repris lundi le chemin de Berne pour la session d'été. Egalité salariale, juges étrangers, armes et prestations complémentaires figurent au menu de la première semaine.

Après bien des atermoiements durant la session de printemps, le Conseil des Etats va se repencher mardi sur l'égalité salariale. Enjeu: la taille des entreprises soumises à l'obligation de rendre compte de leur situation.

Le Conseil fédéral veut fixer le seuil à 50 employés. Mais cela pourrait bien n'être que 100. La droite ne veut rien savoir. En février, les sénateurs avaient temporisé, réclamant des alternatives, en particulier des modèles d'autodéclaration.

Prestations complémentaires

La journée de mercredi s'annonce lourde en gros dossiers. La Chambres des cantons ne veut pas obliger les bénéficiaires de prestations complémentaires à se serrer drastiquement la ceinture.

Les Chambres batailleront encore sur la réforme, mais un point devrait déjà être réglé: retraités et salariés souhaitant devenir indépendants devraient pouvoir continuer de retirer leur 2e pilier sous forme de capital. Le Conseil fédéral voudrait imposer la rente à tous.

Juges et armes

Le National va quant à lui enchaîner l'initiative sur les juges étrangers et la révision de la loi sur les armes. Le texte de l'UDC visant à assurer la primauté du droit suisse sur le droit international sera sans doute rejeté. Les élus batailleront une nouvelle fois sur l'utilité de soumettre une alternative au peuple.

Le débat sur la législation sur les armes s'annonce houleux. Bruxelles va durcir d'ici fin 2019 sa réglementation en réponse à la menace terroriste. Comme membre de l'espace Schengen, la Suisse doit le faire également, sous peine de voir l'accord dénoncé.

Berne a pu négocier une reprise allégée de la directive européenne, mais la menace référendaire subsiste. Droite et la gauche feront feu de tout bois pour faire pencher la balance.

/ATS
 

Actualités suivantes