Eric Kaltenrieder élu nouveau procureur général par le Parlement

Sans surprise, le Grand Conseil vaudois a élu mardi après-midi Eric Kaltenrieder comme nouveau ...
Eric Kaltenrieder élu nouveau procureur général par le Parlement

Eric Kaltenrieder élu nouveau procureur général par le Parlement

Photo: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Sans surprise, le Grand Conseil vaudois a élu mardi après-midi Eric Kaltenrieder comme nouveau procureur général. L'actuel président du Tribunal cantonal (TC) succèdera à Eric Cottier qui partira à la retraite à la fin de l'année après avoir passé 17 ans à ce poste.

Seul candidat en lice à ce poste, M. Kaltenrieder, 52 ans, a été élu par 114 voix sur 139 bulletins valables. Il y avait 21 bulletins blancs. L'élection a eu lieu à bulletins secrets et les débats ont duré plus d'une heure, à huis clos, comme le veut la procédure dans le canton de Vaud.

'C’est avec beaucoup d’émotion et de reconnaissance envers le Grand Conseil que je prends acte de cette élection', a déclaré à Keystone-ATS Eric Kaltenrieder, se disant 'très motivé' d'accéder à ce poste. Le score lui 'donne une bonne légitimité', affirme-t-il. Il estime que le Ministère public 'fonctionne bien' et salue au passage tout le travail effectué par Eric Cottier.

'Il y a eu un style Cottier, il y aura un style Kaltenrieder', dit-il, sans détailler sa politique criminelle future. Il indique toutefois clairement ses priorités: la lutte contre la cybercriminalité, contre la criminalité économique et contre les violences faites aux femmes, ainsi que les agressions sexuelles. Il compte aussi s’investir dans le droit pénal environnemental.

Eric Kaltenrieder a été présenté par le PLR, les autres partis ayant renoncé à défendre une candidature. Les libéraux-radicaux ont eux-mêmes auditionné trois personnes avant d'opter pour le président du TC. Les noms des deux candidats écartés n'avaient pas été dévoilés.

'Très bon score'

'C'est un très bon score (...) Nous sommes très satisfaits', a réagi auprès de Keystone-ATS le chef du groupe PLR au Grand Conseil, Nicolas Suter. 'Aujourd'hui, on a choisi un chef, un patron, un responsable' du Ministère public, a complété le président du PLR Vaud Marc-Olivier Buffat. 'C'était le meilleur candidat', a-t-il dit.

A gauche, le Vert Didier Lohri s'est dit sceptique de la longueur du débat. 'Ce n'était pas très constructif car pas transparent. Il faudrait avoir la franchise d'ôter le huis clos', a-t-il confié dans les couloirs du Parlement.

Le PS et les Verts ont d'ailleurs déposé une motion demandant que l'élection du procureur général et de ses deux adjoints bénéficient de débats publics au Grand Conseil. Leur élection 'nécessite une transparence plus importante', a commenté la députée socialiste Jessica Jaccoud.

Avocat puis juge

La commission chargée d'évaluer la candidature avait délivré un préavis positif à l'unanimité. M. Kaltenrieder 'possède l'expérience et les qualités requises', a déclaré le président de la commission Nicolas Bolay. 'Toutes les compétences requises sont largement atteintes'.

Né en 1970, Eric Kaltenrieder a suivi des études de droit à l'Université de Lausanne. Après une licence et un doctorat en droit obtenus à Lausanne en 1994 et 1998, il a décroché son brevet d’avocat vaudois en 2001. Il a ensuite été avocat de 2001 à 2012 à Yverdon-les-Bains et à Morges.

Pendant ses études, il a été greffier substitut au Tribunal des baux et au TC, et pendant son activité d'avocat, vice-président du Tribunal de prud'hommes de Lausanne et du Tribunal de prud'hommes de l'administration cantonale.

Il est ensuite devenu juge cantonal en 2012. Il a aussi été désigné troisième membre de la Cour administrative dès le 1er septembre 2015, puis vice-président du TC dès le 1er juillet 2016, avant d'en prendre la présidence en janvier 2018.

Législature 2023-2027

Le Morgien dirigera le Parquet vaudois pour la législature 2023-2027. Il remplacera Eric Cottier, qui partira à la fin de l'année après avoir passé 17 ans à ce poste.

Ce magistrat à la forte personnalité et à la voix qui porte a piloté la grande réforme ayant vu fusionner les fonctions de procureur et de juge d'instruction, lui laissant moins de temps pour se consacrer aux affaires judiciaires.

/ATS
 

Actualités suivantes