Erwin Sperisen devra être mis en liberté par la justice genevoise

Avant son nouveau procès, prévu fin novembre, Erwin Sperisen devra être mis en liberté. Le ...
Erwin Sperisen devra être mis en liberté par la justice genevoise

Erwin Sperisen devra être mis en liberté par la justice genevoise

Photo: Keystone

Avant son nouveau procès, prévu fin novembre, Erwin Sperisen devra être mis en liberté. Le Tribunal fédéral (TF) a accepté le recours de ses avocat contre un refus qui lui avait été opposé par la Cour de justice de Genève, à laquelle la cause est renvoyée.

Selon Mes Florian Baier et Giorgio Campa, les choses devraient aller vite. Tous deux indiquent qu'ils ont déjà demandé à la cour cantonale de convoquer une audition vendredi après-midi pour prononcer la mise en liberté de leur client.

'La marche d'Erwin Sperisen vers la reconnaissance de son innocence se poursuit', affirment les deux avocats genevois dans un communiqué remis à la presse.

Plus de cinq ans en prison

Prévenu d'assassinats commis au Guatemala sur dix personnes entre novembre 2005 et septembre 2006, Erwin Sperisen a été arrêté à Genève il y a plus de cinq ans, fin août 2012. L'ancien chef de la police nationale du Guatemala se trouve depuis en détention préventive à la prison genevoise de Champ-Dollon.

Le 29 juin dernier, le TF a accepté le recours d'Erwin Sperisen contre sa condamnation à une peine privative de liberté à vie par la Cour de justice de Genève. Celle-ci devra juger une nouvelle fois le binational suisse et guatémaltèque. Son procès s'ouvrira le 28 novembre prochain.

Charges moins pesantes

Quatre témoins sont convoqués pour cette nouvelle audience. D'ici là, tout indique qu'Erwin Sperisen devra être bientôt remis en liberté. Dans un arrêt qui vient de tomber, le TF souligne que 'si les charges pesant sur le prénommé demeurent, elles ont diminué depuis l'arrêt du 29 juin 2017'.

'Compte tenu du fait qu'Erwin Sperisen a déjà passé plus de cinq ans en détention préventive, des mesures moins incisives que la détention permettent d'atteindre le même but que celle-ci'. L'intensité du risque de fuite s'est affaiblie, souligne le TF.

Bracelet électronique envisageable

La justice genevoise devra 'à bref délai' remplacer la détention par d'autres mesures. Parmi les possibilités envisageables, les magistrats genevois pourraient se prononcer pour la fourniture de sûretés, l'assignation à résidence, le dépôt de papiers d'identité ou la pose d'un bracelet électronique.

Dans un autre arrêt, qui vient également de tomber, le TF a en revanche déclaré irrecevable un autre recours d'Erwin Sperisen. Ce dernier s'était opposé à la décision de la justice genevoise refusant à la Radio Télévision Suisse (RTS) d'autoriser un entretien filmé de sa personne en prison. (arrêts 1B_207/2017 et 1B_344/2017 du 20 septembre 2017)

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus