Etude: le cannabis moins rentable que la cocaïne

Le cannabis rapporte moins que la cocaïne. Une étude inédite réalisée pour le canton de Vaud ...
Etude: le cannabis moins rentable que la cocaïne

Etude: le cannabis moins rentable que la cocaïne

Photo: KEYSTONE/AP The Canadian Press/CHRISTOPHER KATSAROV

Le cannabis rapporte moins que la cocaïne. Une étude inédite réalisée pour le canton de Vaud montre que si le cannabis reste largement le stupéfiant le plus utilisé, il n'est pas le plus lucratif.

Le marché vaudois du cannabis pèse entre 32 et 46 millions de francs de chiffre d'affaires annuel, pour des bénéfices se situant entre 20 et 30 millions, montre l'étude menée conjointement par Addiction Suisse, l'Ecole des sciences criminelles de l'Université de Lausanne et Unisanté. Pour la cocaïne, les ventes sont estimées entre 47 et 57,4 millions, selon la précédente étude de ces trois instituts.

En se basant sur les chiffres vaudois, les chercheurs extrapolent à 340 à 500 millions de francs le chiffre d'affaires annuel du cannabis en Suisse, avec des gains de l'ordre de 220 à 325 millions.

'Nous pensions que le cannabis représentait le plus gros marché dans tous les sens du terme. Or son chiffre d'affaires est moins important que celui de la cocaïne, tout en restant nettement supérieur aux autres stupéfiants' comme l'héroïne, l'ecstasy ou les amphétamines, explique Frank Zobel, directeur adjoint d'Addiction Suisse, contacté par Keystone-ATS.

En matière de volume, le cannabis reste loin devant. La consommation annuelle est estimée entre 3,5 et 5,1 tonnes dans le canton de Vaud, soit l'équivalent de plus de 50'000 joints fumés chaque jour. Cette quantité est 4 à 7 fois supérieure à tous les autres stupéfiants réunis. Extrapolée au niveau suisse, la consommation helvétique se situe entre 40 et 60 tonnes.

Caverne d'Ali Baba

Les auteurs de l'étude, qui s'étaient déjà penchés ces dernières années sur l'héroïne et les stimulants (cocaïne notamment), montrent aussi à quel point le marché du cannabis est disparate. 'C'est une caverne d'Ali Baba, on y trouve de tout', image M. Zobel.

Il évoque notamment le retour du haschich importé, qui avait été supplanté dans les années 90 par la marijuana produite localement. 'Ce haschich vient presque exclusivement du Maroc, où les producteurs ont changé leurs plants pour proposer un produit avec plus de THC', indique M. Zobel.

Le directeur adjoint d'Addiction Suisse signale aussi l'apparition d’un nouveau mélange sur le marché, un cannabis illégal à fort taux de THC coupé avec du cannabis légal (CBD). La chute des prix sur le marché du cannabis légal est l'une des raisons ayant contribué à l'apparition d'un tel produit.

L'étude montre également que le marché vaudois du cannabis, et suisse par extension, tourne grâce aux gros consommateurs. La moitié de la consommation de cette substance vient d'usagers réguliers (20 jours ou plus par mois), représentant moins de 9% de l'ensemble des utilisateurs. Ces usagers intensifs sont entre 5000 et 7000 en terre vaudoise, et dépensent en moyenne 314 francs par mois.

Les usagers (ou ex-usagers) d'héroïne jouent également un rôle important: ils consomment environ 10% du volume total de cannabis, alors qu'ils ne représentent que 1 à 2% de l'ensemble des usagers.

Régulation

Pour M. Zobel, ces études permettent de 'beaucoup mieux comprendre l'univers dans lequel circulent les consommateurs de drogue.' Réalisées grâce à l'analyse des eaux usées et à des entretiens (usagers et policiers), elles permettent également 'de casser les clichés' qui gravitent autour de ce marché.

Concernant le cannabis, M. Zobel rappelle qu'Addiction Suisse soutient les essais pilotes pour mieux encadrer la consommation. 'La prohibition ne marche pas très bien. Il faut essayer autre chose, notamment pour mieux protéger les jeunes. Nous sommes favorables à une régulation intelligente', affirme-t-il.

/ATS
 

Actualités suivantes