Ex-entraîneur de foot condamné pour attouchements sur des juniors

Un ancien entraîneur de football neuchâtelois a été condamné lundi à 8 mois de prison avec ...
Ex-entraîneur de foot condamné pour attouchements sur des juniors

Ex-entraîneur de foot condamné pour attouchements sur des juniors

Photo: Keystone

Un ancien entraîneur de football neuchâtelois a été condamné lundi à 8 mois de prison avec sursis de deux ans, pour actes d'ordre sexuel et contrainte sexuelle envers des enfants. La défense, qui avait requis l'acquittement, va faire appel.

Le Tribunal régional de police de Boudry a été plus sévère que le Ministère public. La procureure n'avait requis qu'une peine de 6 mois, abandonnant les préventions d'ordre sexuel pour ne retenir que la violation du devoir d'assistance ou d'éducation.

L'affaire a éclaté en 2012. Les parents de plusieurs joueurs - des juniors âgés de 13 et 14 ans lors des faits - ont dénoncé le coach. Ce dernier a notamment touché les parties intimes des jeunes lors de massages des adducteurs.

Climat trouble

L'intéressé, qui n'est plus en fonction dans le club, a toujours nié toute connotation sexuelle dans son comportement avec les joueurs. Selon la défense, l'affaire s'est emballée sur la base de rumeurs provoquées à la suite de jalousies, conflits et vengeances.

La juge estime en revanche que les témoignages des victimes sont crédibles. Le Tribunal n'a pas de raison de douter de la véracité de leurs déclarations, qui sont sobres, claires et cohérentes.

Les jeunes, qui considèrent toujours cet homme comme un bon entraîneur, n'ont pas exprimé de haine et n'ont pas exagéré leurs descriptions, a souligné la juge. Ils ont pourtant ressenti des souffrances psychiques à la suite des gestes qu'ils ont subis.

Les faits se sont déroulés dans un climat trouble, avec une limite floue entre le cadre sportif et le cadre privé, a poursuivi la juge. En plus du foot, le coach fournissait aussi un soutien scolaire, et certaines activités se déroulaient sur son lieu de travail ou à son domicile. Même avec l'accord des parents, cela dépassait ses fonctions.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes