Feu vert à l'extradition d'un 2e ex-cadre de la FIFA arrêté en mai

L'Office fédéral de la justice a donné son aval à l'extradition aux Etats-Unis du dirigeant ...
Feu vert à l'extradition d'un 2e ex-cadre de la FIFA arrêté en mai

Feu vert à l'extradition d'un 2e ex-cadre de la FIFA arrêté en mai

Photo: Keystone

L'Office fédéral de la justice a donné son aval à l'extradition aux Etats-Unis du dirigeant uruguayen de la FIFA Eugenio Figueredo. L'ex-vice-président de la Confédération sud-américaine de football et de la FIFA fait partie des 7 responsables arrêtés à Zurich en mai.

'M. Figueredo est soupçonné d'avoir accepté des pots-de-vin pour des montants s'élevant à plusieurs millions de dollars de la part d'une société de marketing sportif uruguayenne dans le cadre de l'attribution des droits de marketing pour la Copa America 2015, 2016 (édition spéciale du centenaire), 2019 et 2023', indique l'Office fédéral de la justice (OFJ) jeudi.

Il est également reproché à l'Uruguayen âgé de 83 ans d'avoir obtenu la nationalité américaine grâce à de faux certificats médicaux présentés en 2005 et 2006.

Jusqu'à 20 ans de prison aux Etats-Unis

La demande formelle d'extradition transmise le 1er juillet par Washington se fonde sur un mandat d'arrêt du 20 mai émis par le parquet du district Est de New York. Sept jours plus tard, M. Figueredo était arrêté à Zurich, peu avant le congrès de la FIFA.

L'ancien cadre a 30 jours pour recourir contre la décision d'extradition auprès du Tribunal pénal fédéral. Il risque une peine allant jusqu'à 20 ans de prison aux Etats-Unis.

Concurrence bafouée, fédérations lésées

Toutes les conditions de l'extradition sont réunies, les faits décrits dans la demande américaine étant punissables dans le droit suisse, certifie l'OFJ. En Suisse, les éléments reprochés à M. Figueredo seraient qualifiés de concurrence déloyale (pots-de-vin), et de faux dans les titres (faux certificats médicaux dans le cadre d'une procédure de naturalisation).

L'ancien haut responsable de la FIFA aurait en effet mis à mal la libre concurrence et induit une distorsion du marché des droits médiatiques pour la Copa America. Les autres sociétés de marketing sportif auraient subi un préjudice et les fédérations de football concernées auraient été privées de la possibilité de négocier des contrats de marketing plus avantageux, écrit l'OFJ.

Le cas Julio Rocha...

Un autre cadre a déjà été extradé. L'ex-vice-président de la FIFA Jeffrey Webb a été livré aux Etats-Unis en juillet, où il a plaidé non coupable. Cinq autres fonctionnaires de la FIFA font l'objet d'une demande d'extradition des Etats-Unis.

Parmi eux, l'ex-président de la fédération nicaraguayenne de football, et responsable du secteur développement de la FIFA, Julio Rocha est aussi sous le coup d'une demande venant du Nicaragua, qu'il a acceptée.

L'OFJ doit encore se prononcer sur la demande américaine le concernant. Il doit en outre déterminer lequel des deux pays recevra la priorité de son extradition, précise son porte-parole Folco Galli à l'ats.

...et les autres

Dans les affaires touchant la FIFA, 14 personnes sont inculpées de corruption aux Etats-Unis, dont neuf membres ou anciens membres de la FIFA, sud-américains pour la plupart. Le parquet du district Est de New York les soupçonne d'avoir accepté des pots-de-vin pour plus de 100 millions de dollars. Au total, treize personnes ont été arrêtées.

La Suisse et les Etats-Unis mènent deux différentes procédures judiciaires. La Suisse se penche sur l'attribution des Coupes du monde de 2018 en Russie et de 2022 au Qatar. La justice américaine s'intéresse, elle, à l'attribution de droits de retransmission, de marketing et de sponsoring de tournois organisés aux Etats-Unis et en Amérique latine.

Lundi, la ministre de la justice américaine Loretta Lynch a rencontré à Zurich son homologue suisse Simonetta Sommaruga, présidente de la Confédération, ainsi que le procureur général de la Confédération Michael Lauber. De nouvelles inculpations frappant la FIFA devraient être prononcées aux Etats-Unis, a-t-elle déclaré sans vouloir préciser si le président démissionnaire Sepp Blatter était concerné.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes