FIFA: trois accusés sont absents lundi matin

Le procès contre trois ex-dirigeants du football allemand et un ancien secrétaire général de ...
FIFA: trois accusés sont absents lundi matin

Le procès FIFA est reporté à mercredi - trois accusés absents

Photo: KEYSTONE/Ti-Press/Samuel Golay

Le procès contre trois ex-dirigeants du football allemand et un ancien secrétaire général de la FIFA, qui devait démarrer lundi matin à Bellinzone, est reporté à mercredi. Seul l'ancien secrétaire général Urs Linsi s'est présenté devant le Tribunal pénal fédéral.

Les Allemands Théo Zwanziger, Wolf Niersbach et Horst R. Schmidt, ainsi que le Suisse Urs Linsi sont accusés de malversations en rapport avec un versement de 6,7 millions d'euros pour la Coupe du monde 2006 en Allemagne. Ils répondent d'escroquerie, ou de complicité d'escroquerie dans le cas de Niersbach.

La semaine passée, M. Zwanziger, 74 ans, avait déjà indiqué à l'agence allemande DPA qu'il ne se rendrait pas au Tessin en raison du coronavirus. Les avocats de M. Niersbach, 69 ans, ont demandé le report de l'audience, une requête qui a été rejetée jeudi passé par le Tribunal pénal fédéral.

Huis clos sanitaire

Le tribunal a annoncé que le procès se tiendrait à huis clos en raison du coronavirus. Les journalistes peuvent suivre les débats sur un écran dans une salle séparée. Seules les personnes qui ne souffrent pas de fièvre peuvent entrer dans le bâtiment. Leur température est vérifiée à l'entrée.

Theo Zwanziger et Wolfgang Niesbach sont d'anciens présidents de la Fédération allemande de football (DFB) et Horst R. Schmidt un ex-secrétaire général. Ils ont fait partie du comité d'organisation du Mondial 2006.

Selon l'acte d'accusation, les trois Allemands auraient compensé un prêt accordé à titre privé à Franz Beckenbauer par l'ancien patron d'Adidas Robert Louis-Dreyfus. Pour ce faire, ils auraient utilisé des fonds de la DFB qui auraient transité, avec l'aide d'Urs Linsi, sur un compte de la FIFA.

Manifestation de gala

Cette somme de 6,7 millions d'euros (environ 10 millions de francs) aurait servi à convaincre Mohammed Bin Hammam de consentir au versement par la FIFA d'une avance de 250 millions de francs à la DFB pour l'organisation du Mondial. Bin Hammam était alors membre de la commission financière de la FIFA.

M. Beckenbauer ne voulait pas rembourser de sa poche le prêt et les intérêts. Afin d'obtenir l'accord de la commission présidentielle pour la compensation des 6,7 millions d'euros, le comité d'organisation aurait caché le paiement à M. Bin Hammam.

Pour pouvoir prélever ce montant sur le budget culturel du Mondial, MM. Zwanziger et Schmidt auraient affirmé qu'il serait affecté à une manifestation de gala à l'ouverture du Mondial. M. Niersbach aurait été informé de la manoeuvre.

Bien que M. Beckenbauer ait accepté le prêt, il n'a pas été mis en accusation jusqu'à présent par le Ministère public de la Confédération. Ce dernier a séparé la procédure en raison de l'état de l'ancien capitaine de l'équipe d'Allemagne. Le 'Kaiser Franz' est cependant convoqué vendredi en tant que personne appelée à fournir des informations. (cause SK.2019.45)

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus