Feu vert à la création de la plus grande commune neuchâteloise

Le Tribunal fédéral (TF) a rejeté le recours déposé contre le projet de fusion entre les communes ...
Feu vert à la création de la plus grande commune neuchâteloise

Le Tribunal fédéral (TF) a rejeté le recours déposé contre le projet de fusion entre les communes de Neuchâtel, Peseux, Valangin et Corcelles-Cormondrèche. La nouvelle commune, qui verra le jour le 1er janvier 2021, sera la plus grande du canton avec 45'000 habitants.

Les exécutifs des quatre communes neuchâteloises se sont félicités mercredi de la décision du TF qui entérine désormais le résultat de la votation du 25 novembre 2018. Opposés à la fusion, des citoyens de Peseux avaient demandé l'annulation du vote qui avait vu leur commune accepter ce projet.

La nouvelle commune qui conserve le nom de Neuchâtel qualifie cet instant d'historique. Les exécutifs veulent à présent aller de l'avant afin que naisse, le 1er janvier 2021, une commune qui apportera une 'vision à la Région Neuchâtel Littoral'. Avec 45'000 habitants, la commune fusionnée sera la plus grande du canton.

Agglomération neuchâteloise

Les autorités sont persuadées qu'elle apportera un nouveau souffle à l'ensemble de l'agglomération neuchâteloise. Ces derniers mois, des groupes ont notamment été chargés de poser les bases de la nouvelle commune dans un processus innovant et participatif en appliquant les termes de la convention de fusion.

Les recourants estimaient que le vote du 25 novembre avait été influencé par des arguments jugés 'mensongers'. Ils avaient notamment dénoncé la distribution de flyers recommandant de voter oui, des articles de presse à propos du guichet social à Peseux ainsi que des communiqués de l'Etat et des communes concernées et favorables à la fusion.

Deux votes sur la fusion

Pour rappel, lors d'un premier vote en juin 2016, les citoyens de Peseux avaient refusé la fusion à une centaine de voix près. Le TF avait annulé en mai 2018 la votation. Motif invoqué: les opposants avaient laissé un stand devant le bureau de vote et la commune n'avait rien fait pour les déloger.

Lors de la nouvelle votation le 25 novembre dernier, les citoyens avaient approuvé à 54,56% de rejoindre la commune fusionnée.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus