Forte augmentation du nombre de candidates au Conseil des Etats

Un tiers (34,4%) des 183 prétendants au Conseil des Etats sont des femmes. Cette proportion ...
Forte augmentation du nombre de candidates au Conseil des Etats

Un tiers (34,4%) des 183 prétendants au Conseil des Etats sont des femmes. Cette proportion, qui ne dépassait pas 20% en 2015, a fortement augmenté en quatre ans. Elle reste toutefois inférieure à celle figurant sur les listes au National (40,3%).

Contrairement à celui du National, le visage de la Chambre des cantons ne sera pas connu le 20 octobre. Son élection s'effectuant au système majoritaire - sauf à Neuchâtel et dans le Jura - un second tour sera nécessaire dans tous les cantons où deux candidats n'auront pas atteint la majorité absolue.

C'est d'ailleurs à Neuchâtel, comme il y a quatre ans, que se lancent un nombre record de candidats à l'échelle nationale. Ils sont dix-huit prétendants sur la ligne de départ, comme en 2015. Ils seront 15 à en faire autant dans les cantons de Berne, Genève et Vaud. Là encore ça bouge peu: suivaient en 2015 Vaud (10), puis Berne, Genève et Argovie (10).

Par rapport aux précédents scrutins, le nombre de candidats est en forte hausse. Pour mémoire, ils étaient 160 en 2015 et 154 en 2011. Comme dix cantons ne fixent pas de délai pour le dépôt des candidatures, le total des candidats pourrait encore évoluer d'ici le 20 octobre.

Cinquante-six candidats se présentent à la fois au Conseil national et au Conseil des Etats. Près d'un quart d'entre eux sont issus des rangs de l'UDC. Cette proportion retombe à 14% chez les Verts, les socialistes et les PLR. Elle se limite à 5,4% du côté de PDC.

Dans les deux Chambres

Parmi eux, 39 candidats siègent déjà au National. Le choix d'être en lice pour les deux chambres est particulièrement fort sur les rives du Lac Léman. Six conseillers nationaux vaudois et quatre genevois aspirent à devenir sénateurs. En comparaison, ils ne sont que trois dans le canton de Zurich.

Trois conseillers nationaux sortants tentent même de faire le grand saut sans filet de sécurité. Carlo Sommaruga (GE/PS), Hugues Hiltpold (GE/PLR) et Giovanni Merlini (TI/PLR) briguent un siège aux Etats sans assurer leurs arrières avec une candidature au National, parfois parce qu'ils y sont obligés à cause de la limitation du nombre de mandats pratiquée par certains partis.

Davantage d'UDC que de PDC

Trente-trois candidats se présentent sous la bannière d'un petit parti ou comme indépendants. Ensemble, ils forment un groupe plus important que celui de l'UDC, qui, avec 26 candidats, est le parti gouvernemental présentant le plus de noms. Le PDC et ses 23 candidats reculent au 3e rang, juste devant le PLR et le PS (tous deux 22).

Le Conseil des Etats sortant est constitué de 13 élus démocrates-chrétiens, 13 libéraux-radicaux, 12 socialistes, 5 UDC, un écologiste, un PBD ainsi que par l'indépendant Thomas Minder. Deux fauteuils de sénateurs sont déjà repourvus. Erich Ettlin (PDC) et Hans Wicki (PLR) sont réélus tacitement faute de concurrence pour les seuls sièges des demi-cantons d'Obwald et de Nidwald.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus