Fribourg veut enrayer la vague de démissions dans ses communes

Fribourg a mal à ses communes. Le canton affronte depuis le début de la législature en 2017 ...
Fribourg veut enrayer la vague de démissions dans ses communes

Fribourg veut enrayer la vague de démissions dans ses communes

Photo: Philippe Lebet - Keystone-ATS

Fribourg a mal à ses communes. Le canton affronte depuis le début de la législature en 2017 une véritable déferlante de démissions, plus de 160 dans les exécutifs et plus de 120 dans les législatifs. Des mesures de soutien sont prévues.

Les chiffres divulgués mercredi devant la presse à Fribourg ont de quoi donner le tournis. Rien que cette année, quelque 160 démissions ont été enregistrées entre les conseils communaux et les conseils généraux, selon les chiffres du Service des communes. 'Il faut soigner la base de notre démocratie', a dit Didier Castella.

Le conseiller d'Etat, en charge des institutions, a décidé il y a un an de prendre le problème à bras-le-corps. 'Le statut de l'élu est dévalorisé par rapport à une certaine époque, on lui fait souvent porter le chapeau', a ajouté Gérald Mutrux, chef du Service des communes, pour qui le phénomène des démissions s'amplifie.

Catalogue de mesures

Face à l'hémorragie, Didier Castella veut offrir un catalogue de prestations pour soutenir les communes, avec cinq axes d'action. 'Sans toucher à leur autonomie', a précisé le magistrat libéral-radical. Au total, le canton de Fribourg compte 937 postes de conseillers communaux et 923 de conseillers généraux.

Depuis 2017, 17% des membres des exécutifs ont démissionné et 13% des membres des législatifs. Dans la commune de Marsens, près de 2000 habitants, en Gruyère, pas moins de 7 conseillers communaux sur 9 ont abandonné leur poste, a relevé Patrice Borcard, préfet du district. La Gruyère et la Broye sont particulièrement touchés.

'Il y a désormais un décalage entre les notions d'estime et de respect', a indiqué Dominique Butty, président de l'Association des communes fribourgeoises. 'On sent la complexité croissante de la charge de travail, en particulier dans les domaines de l'aménagement du territoire et des écoles', a détaillé le syndic de Romont.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus