Huit questions après le dossier sur Frederik Paulsen

Le dossier de 24 heures sur Frederik Paulsen rebondit au Grand Conseil vaudois. Le député Pierre ...
Huit questions après le dossier sur Frederik Paulsen

Huit questions après le dossier sur Frederik Paulsen

Photo: KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

Le dossier de 24 heures sur Frederik Paulsen rebondit au Grand Conseil vaudois. Le député Pierre Zwahlen a déposé mardi une interpellation avec huit questions, allant de la politique jusqu'au statut fiscal du milliardaire dans le canton.

Intitulée 'Paulsen Paradies: des investigations et révisions s'imposent', l'interpellation du député indépendant et anciennement socialiste se réfère aux révélations publiées récemment par le quotidien lausannois. Ces dernières 'nécessitent des réponses nouvelles du Conseil d'Etat' estime-t-il.

Influence et fisc

Ses questions portent sur deux thèmes principaux. En premier, le député veut en savoir plus sur le rôle de Frederik Paulsen en tant que consul honoraire de Russie à Lausanne.

Quelles sont les réelles activités et les motivations de la société Consulat Russe VD Limited, située aux Iles Vierges britanniques, qui veut renforcer les liens et promouvoir la coopération entre la Russie et la Suisse. Commet réévaluer après ces révélations les visites et voyages en Russie aidées logistiquement par Frederik Paulsen, demande le député.

Forfait fiscal

Les autres interrogations du député portent sur le statut fiscal de Frederik Paulsen, sachant que le canton de Vaud lui a octroyé le forfait. Est-ce que 'la maîtrise d'un empire entrepreneurial' dans le monde peut aller de pair avec le statut de forfaitaire à Saint-Prex (VD), se demande le député.

Comment comprendre l'absence d'activités rémunératrices, nécessaire pour obtenir le forfait, alors que la société-mère Dr Frederik Paulsen Foundation est désignée comme 'ultime propriétaire' par les audits. Selon certains documents, elle serait domiciliée à Saint-Prex (VD), note le député.

Un avocat de Frederik Paulsen a toutefois déjà qualifié dans 24 heures cette mention d''erreur'. Il a affirmé que cette fondation n'avait pas de siège en Suisse, mais n'a pas révélé où elle se trouve.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus