Ignazio Cassis tire le bilan de son séjour au WEF

Lors de son séjour à Davos, le ministre des affaires étrangères Ignazio Cassis a principalement ...
Ignazio Cassis tire le bilan de son séjour au WEF

L'Europe a préoccupé les conseillers fédéraux à Davos

Photo: KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Moins présente physiquement à Davos cette année, l'Europe a occupé les esprits des conseillers fédéraux. Ueli Maurer, Ignazio Cassis et Guy Parmelin se sont efforcés d'expliquer la procédure vis-à-vis de l'accord cadre institutionnel.

Il y avait cette année peu de représentants européens, a relevé le ministre des affaires étrangères Ignazio Cassis vendredi en tirant devant les médias le bilan de son séjour dans la station grisonne. Et de mentionner comme point fort un souper jeudi soir avec la chancelière allemande Angela Merkel lors duquel il a été question du futur de l'Europe.

C'était intéressant de discuter avec Mme Merkel de manière plus informelle, dans une atmosphère plus décontractée, a noté le Tessinois.

Question de vocabulaire

Inévitablement questionné sur l'accord-cadre avec l'Europe, M. Cassis a indiqué que la confusion qui semble régner actuellement était plus 'un problème de vocabulaire'. Et de préciser que le mot 'négociations' est un terme légal et technique.

'Quand l'UE dit que les négociations sont terminées, cela ne signifie pas que nous n'allons plus parler ensemble. Bien sûr que nous allons parler ensemble même après que des résultats seront sur la table', a expliqué le conseiller fédéral. Le débat se fera toutefois sur un plan politique. Il n'y aura plus de négociations dans le sens où plus aucune équipe de négociations ne sera envoyée.

Le ministre des affaires étrangères a également indiqué que lors de sa rencontre avec le commissaire européen pour la Politique régionale et de l'intégration européenne Johannes Hahn, ils se sont mutuellement informés de l'évolution du dossier en Suisse et au sein de la Commission européenne.

Pas sous pression

Guy Parmelin, de son côté, a affirmé avoir expliqué durant la semaine à ses interlocuteurs européens la démarche interne actuellement menée en Suisse. Le Conseil fédéral tirera les conclusions de cette consultation en recommandant de parapher l’accord ou en proposant de rediscuter certains points.

'Nous ne nous laissons pas mettre sous pression, menons nos consultations et retournerons ensuite à Bruxelles', a affirmé le Vaudois, qui a notamment rencontré à Davos les ministres de l’économie français et allemand ainsi que les commissaires européens Carlos Moedas et Cecilia Malmström.

Intérêt européen

Le ministre de l’économie et de la formation s’est dit confiant. Un accord avec l’UE est important pour la recherche suisse, mais les Vingt-Sept ont aussi un intérêt à avoir accès à notre espace de recherche. Ce serait une 'énorme perte' pour les chercheurs européens de ne plus pouvoir avoir accès à l’EPFL ou l’EFPZ, a-t-il dit.

Le président de la Confédération Ueli Maurer a lui aussi profité de ses entretiens avec les représentants de l'Union européenne pour parler de la situation actuelle de la Suisse par rapport à l'accord cadre institutionnel et évoquer la suite envisagée par le Conseil fédéral.

Le chef du Département fédéral des finances (DFF) a notamment rencontré à Davos la chancelière allemande Angela Merkel et le commissaire européen Pierre Moscovici, ont précisé ses services dans un communiqué.

Et le reste du monde

Comme M. Cassis la veille, M. Parmelin a souligné que la Suisse avait la possibilité de conclure également des accords hors de l’Europe. Il a profité de son séjour dans les Grisons pour faire le point sur les accords de libre échange existants et sur ceux qui pourraient être envisageables.

Les Etats-Unis constituent une priorité, a-t-il dit. Les discussions en sont toutefois dans une phase exploratoire. Il faut examiner quelles sont les chances de succès. Ni Berne ni Washington ne veulent répéter l’épisode de 2006, quand tout s’était effondré à la fin.

M. Cassis a indiqué jeudi qu'il se rendrait à Washington le 7 février, notamment pour faire avancer ce dossier.

La délégation du Conseil fédéral a également évoqué les négociations avec le Mercosur lors de sa rencontre avec le président brésilien Jair Bolsonaro.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus