Il abusait de résidents d'un logement protégé, il prend sept ans

Le Tribunal pénal de Schwyz a condamné un ancien collaborateur d'une habitation protégée à ...
Il abusait de résidents d'un logement protégé, il prend sept ans

Il abusait de résidents d'un logement protégé, il prend sept ans

Photo: KEYSTONE/LUIS BERG

Le Tribunal pénal de Schwyz a condamné un ancien collaborateur d'une habitation protégée à sept ans de prison pour avoir commis des délits sexuels sur cinq pensionnaires. Le Ministère public réclamait une peine d'emprisonnement de huit ans et demi.

Le quarantenaire a été reconnu coupable de contrainte sexuelle et d'actes d'ordre sexuel commis sur une personne incapable de discernement ou de résistance, a rapporté jeudi le Bote der Urschweiz. L'agence Keystone-ATS a pu consulter le résumé du jugement. Le procès a eu lieu début février à huis clos.

Les faits se sont déroulés entre mars 2012 et mai 2015. Selon l'acte d'accusation, l'ex-employé aurait amené les résidents à avoir des relations sexuelles avec lui. Les pratiques allaient des attouchements aux rapports oraux en passant par la pénétration anale. Il a été dénoncé par l'une des victimes, a indiqué à Keystone-ATS la vice-présidente du tribunal, Sandra Rieder.

Selon la cour, le prévenu a reconnu avoir eu cinq fois des rapports sexuels oraux avec l'une des victimes, mais qu'elle était consentante. Il a nié le reste des accusations.

Consentement mutuel exclu

Le tribunal ne l'a pas cru. Il considère comme avéré que deux personnes ont été incapables de se défendre en raison de leurs graves déficiences mentales, et ce à plusieurs reprises. Trois autres personnes ont exprimé ne pas vouloir de relations sexuelles, ce que leur agresseur a ignoré de manière répétée. La peur les a empêchés de se défendre, d'autant qu'ils ont été en partie menacés.

En plus de la peine privative de liberté, l'ancien accompagnant écope d'une peine pécuniaire avec sursis de 20 jours-amendes à 100 francs. Il est interdit d'exercer pendant 10 ans et doit verser de 2000 à 7000 francs de dédommagements aux victimes. Il doit également assumer les coûts de la procédure, qui s'élèvent à 300'000 francs.

Le jugement n'est pas encore entré en force. L'accusé a fait appel.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus