Jean-Marie Bornet jugé pour un délit contre la loi sur les armes

L'ancien porte-parole de la police valaisanne, Jean-Marie Bornet, comparaît mercredi après-midi ...
Jean-Marie Bornet jugé pour un délit contre la loi sur les armes

Jean-Marie Bornet jugé pour un délit contre la loi sur les armes

Photo: Keystone

L'ancien porte-parole de la police valaisanne, Jean-Marie Bornet, comparaît mercredi après-midi devant le tribunal d'Hérens-Conthey. Il doit répondre d'un délit contre la loi fédérale sur les armes.

Le 8 mai 2017, Jean-Marie Bornet a été condamné par ordonnance pénale à une peine pécuniaire de 20 jours-amende avec sursis de deux ans et à 800 francs d'amende pour avoir prêté une arme à feu privée à son fils qui n'était pas au bénéfice d'un permis d'acquisition. L'ancien porte-parole de la police cantonale valaisanne a fait opposition à cette condamnation, portant l'affaire devant le tribunal d'Hérens-Conthey.

Instruction étendue

Le 8 mai 2017, le ministère public a classé l'instruction menée contre Jean-Marie Bornet, dénoncé par le tribunal de Martigny pour abus d'autorité et instigation à faux témoignage. Le tribunal lui reprochait d'être intervenu plus que de raison dans une affaire judiciaire concernant son fils.

Le ministère public a estimé que Jean-Marie Bornet n'avait pas abusé des pouvoirs de sa charge pour dissuader une victime de déposer une plainte contre son fils ni pour l'entraîner à faire de fausses déclarations. Il a en revanche étendu l'instruction et retenu un délit contre la loi sur les armes.

Licencié en avril

Candidat au Conseil d'Etat valaisan, Jean-Marie Bornet avait annoncé en février 2017 que le procureur avait classé l'affaire l'opposant au tribunal de Martigny. Le ministère public avait alors réagi avec un communiqué dans lequel il précisait que l'instruction n'était pas terminée.

Cette affaire, et les remous qu'elle a provoqués, n'est pas totalement étrangère au licenciement de Jean-Marie Bornet en avril 2017. Dans un communiqué, le gouvernement cantonal écrivait: 'Jean-Marie Bornet a jeté le discrédit sur la justice valaisanne avec ses déclarations concernant des procédures dont il fait l'objet à titre privé'.

Recours au Tribunal cantonal

Le gouvernement reproche encore d'autres déclarations de campagne pour expliquer la rupture du lien de confiance et motiver le licenciement de l'ancien porte-parole de la police. Jean-Marie Bornet a fait recours au tribunal cantonal (TC) contre son licenciement.

Il a également demandé un effet suspensif au licenciement, ce que le TC a refusé en juillet dernier. Jean-Marie Bornet a recouru au Tribunal fédéral contre cette décision.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus